Le Premier ministre d'Espagne évoque "plus de 500 morts" liés à la chaleur après la canicule qui a balayé l'Europe occidentale

La canicule qui s'est abattue durant près de dix jours sur l'Espagne a provoqué la mort de "plus de 500 personnes", a affirmé mercredi le Premier ministre Pedro Sanchez lors d'un déplacement en Aragon, région du nord du pays touchée par un incendie.

"L'urgence climatique est une réalité" et "le changement climatique tue", a martelé le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez en visitant la région d'Aragon (nord-est), touchée par l'un des nombreux feux qui ont ravagé des dizaines de milliers d'hectares dans le pays.

Les températures exceptionnellement élevées durant dix jours ont provoqué la mort de "plus de 500 personnes", a-t-il affirmé, en faisant référence aux estimations de surmortalité d'un institut de santé publique.

Selon des données préliminaires de l'agence météorologique espagnole, cette vague de chaleur pourrait avoir été la plus intense jamais enregistrée en Espagne et l'une des trois plus longues.

Deuxième épisode caniculaire en à peine un mois sur le continent, la canicule qui s'est abattue ces derniers jours sur l'ouest de l'Europe, du Portugal au Royaume-uni, a balayé de nombreux records de températures.

Cette multiplication des vagues de chaleur est une conséquence directe de la crise climatique selon les scientifiques, les émissions de gaz à effet de serre augmentant à la fois leur intensité, leur durée et leur fréquence.

Feux ralentis en France et en Grèce

Ces températures exceptionnellement élevées ont favorisé de nombreux feux dévastateurs comme en France, où les deux incendies qui se sont déclarés le 12 juillet à La Teste-de-Buch et à Landiras en Gironde, un département du sud-ouest bordant l'océan Atlantique, ont détruit 20.600 hectares de forêt.

Mais leur progression semblait ralentir mercredi: avec 300 hectares détruits ces dernières heures, "le bilan est plutôt positif" même si les incendies "ne sont toujours pas fixés", a indiqué à la presse un porte-parole des pompiers, Arnaud Mendousse.

Durant la nuit, aucune nouvelle évacuation n'a été ordonnée et aucune victime n'est à déplorer. Depuis le début des incendies, près de 36.750 personnes ont été évacuées dans cette région.

En visite à La Teste-de-Buch, le président Emmanuel Macron a estimé que la France allait devoir "acheter plus" d'avions de lutte contre les incendies pour faire face à des feux de forêts qui risquent de devenir plus fréquents.

D'autres incendies se sont déclarés ailleurs en Europe, dont un au nord d'Athènes où, après une nuit difficile, les pompiers avaient repris le dessus mercredi sur les flammes.

"Le ciel était rouge... Nous sommes partis sans rien emporter avec nous", a déclaré à la télévision publique ERT un habitant de Pallini, l'une de ces communes de la banlieue de la capitale grecque, qui a perdu sa voiture dans les flammes.

Hélicoptères et avions restaient positionnés dans la zone pour éviter toute reprise du feu qui a conduit à l'évacuation de centaines de personnes, dans ces banlieues où vivent quelque 90.000 personnes.

En Slovénie, plusieurs centaines de pompiers ont été également déployés mercredi, près de la frontière avec l'Italie, pour combattre un incendie qui a provoqué l'évacuation de plusieurs villages.

Bien plus au nord, dans le village de Wennington à l'est de Londres, un feu s'est étendu mardi sur une superficie de 40 hectares, à une trentaine de kilomètres du centre de la capitale britannique.

Température record au Danemark

Cette canicule a fait tomber mardi plusieurs records en Europe. Comme au Royaume-Uni, où le mercure a atteint un niveau jamais enregistré de 40,3°C à Coningsby, un village du nord-est de l'Angleterre, selon l'agence météo Met Office.

En Ecosse, le record absolu a également été battu avec 34,8°C, tandis qu'en France, plus de 60 records de chaleur ont été enregistrés localement.

C'était mercredi au tour du Danemark d'enregistrer sa plus haute température pour un mois de juillet avec 35,6 degrés alors que la canicule touche désormais la Scandinavie.

Ces températures extrêmes représentent un risque parfois dramatique pour les salariés, poussant les syndicats à exiger plus de mesures de protection.

Après l'Espagne, où deux personnes sont mortes dans la région de Madrid à cause d'un coup de chaleur alors qu'elles travaillaient, les autorités sanitaires françaises ont annoncé mercredi que deux personnes étaient décédées ces derniers jours à leur travail dans le cadre d'accidents "en lien possible" avec la canicule.

"Je demande aux citoyens d'être extrêmement prudents", a-t-il ajouté, en répétant que "l'urgence climatique est une réalité" et que "le changement climatique tue", des phrases prononcées à plusieurs reprises durant cette vague de chaleur qui a fait grimper le thermomètre jusqu'à plus de 45 degrés et a attisé de nombreux incendies ravageant des dizaines de milliers d'hectares à travers le pays.

Le nombre de morts évoqué par M. Sanchez est une référence aux estimations de l'Institut public Carlos III qui fait un calcul statistique de la surmortalité provoquée par des causes précises, comme la hausse des températures, en comparant ces chiffres avec les séries statistiques historiques.

Cet institut a tenu ces derniers jours à clarifier ses chiffres en soulignant qu'il s'agissait d'une estimation statistique et non pas d'un registre de décès officiel.

La vague de chaleur qui s'est abattue sur l'Espagne a été la plus intense jamais enregistrée dans le pays, selon des données préliminaires publiées mercredi par l'agence météorologique nationale (Aemet).

Cette vague de chaleur qui a duré du 9 au 18 juillet a été celle présentant la "plus forte anomalie" de température enregistrée dans le pays depuis le début de la compilation des données en 1975, selon Beatriz Hervella, porte-parole de l'Aemet.