Succession de Boris Johnson: Liz Truss donnée favorite contre Rishi Sunak

La ministre britannique des Affaires étrangères Liz Truss commence la phase finale de la course à Downing Street en étant donnée favorite par les bookmakers face à l'ex-ministre des Finances Rishi Sunak, dont elle attaque le bilan économique.

AFP
Succession de Boris Johnson: Liz Truss donnée favorite contre Rishi Sunak
©AFP

Au lendemain de leur qualification pour le face-à-face final, qui sera tranché par les membres du parti conservateur et le résultat sera proclamé le 5 septembre, les deux candidats ont exposé leurs projets dans la presse.

L'un comme l'autre estiment être le mieux placé pour battre lors des prochaines élections en 2024 l'opposition travailliste, que l'accumulation des scandales sous Boris Johnson a placé en tête des sondages.

Dans le quotidien populaire Daily Mail, Liz Truss a mis en avant son approche "enracinée dans les valeurs conservatrices" et une baisse immédiate de la pression fiscale, qui se trouve au plus haut "depuis 70 ans".

Elle promet ainsi de revenir sur la hausse récente des prélèvement sociaux, de suspendre la taxe prélevée sur les factures d'énergie pour aider les énergies vertes, ainsi qu'un budget d'urgence.

Lors d'une interview jeudi matin sur la BBC, elle a expliqué qu'elle aurait voulu que "Boris continue en tant que Premier ministre", malgré la succession de scandales, "mais il n'avait plus le soutien" du parti au Parlement.

Marquant sa différence avec son ancien collègue des Finances Rishi Sunak, dont le départ du gouvernement en début de mois a contribué à précipiter la chute de Boris Johnson, elle a souligné qu'elle n'était pas la candidate de la continuité en matière économique.

"On ne peut pas taxer le chemin vers la croissance", a-t-elle fait valoir.

Favorable au maintien dans l'Union européenne en 2016, elle a estimé jeudi matin qu'elle avait eu "tort".

Dans les colonnes du Daily Telegraph, qui titre jeudi "Avantage Truss", Rishi Sunak s'efforce de contrer la cheffe de la diplomatie sur le terrain de l'héritage de Margaret Thatcher.

"Mes valeurs sont thatchériennes, je crois au travail, à la famille et à l'intégrité". "Je suis un thatchérien, je concours en tant que thatchérien, et je gouvernerai en tant que thatchérien", martèle-t-il.

Il promet ainsi "une série de réformes aussi radicales que celles que la "Dame de fer" a conduites dans les années 1980 pour libérer la croissance et la prospérité dans tous les coins du Royaume-Uni", et de "saisir les libertés que le Brexit nous a données".