Une salle de ski artificiel en pleine canicule fait polémique en France: "Surtout, n'oubliez pas d'éteindre le wifi !"

En plein appel à la sobriété énergétique en France, cette salle de ski artificiel fait polémique alors que le mercure atteint des sommets dans l'Hexagone.

Une salle de ski artificiel en pleine canicule fait polémique en France: "Surtout, n'oubliez pas d'éteindre le wifi !"
©AFP

Samedi 23 juillet, BFMTV diffuse un reportage sur une salle réfrigérée à Amnéville en Moselle qui propose de faire du ski. Pour maintenir une température négative par cette météo caniculaire, les canons à neige doivent fonctionner à plein régime. Dans ce contexte de chaleur extrême, cette activité soulève évidemment son lot de critiques, notamment pour son impact environnemental.

"On vient s’entraîner dans les dômes parce que les conditions sur les glaciers sont très moyennes. Il fait chaud, il n’y a pas de neige", explique notamment un entraîneur sportif. Sur place, des particuliers profitent également de l'infrastructure: "Une chance d'avoir cette salle à quelques kilomètres de là où on habite, de pouvoir skier en plein mois de juillet et d'échapper à cette canicule", confie un père de famille.

Des circonstances compréhensibles mais qui n'en restent pas moins consternantes au vu de la vague de chaleur actuelle qui frappe l'Europe. Ce type d'activités n'est évidemment pas sans conséquence sur l'environnement, les équipements devant consommer énormément d'énergie pour maintenir le thermomètre à -5°. D'autant plus quand le peuple français est appelé à fournir des efforts et à être solidaire face à cette situation exceptionnelle. Plus tôt dans la semaine, Olivier Véran, porte-parole du Gouvernement d'Emmanuel Macron, avait ainsi délivré une série de conseils, comme "éteindre le wifi quand on part de chez soi", afin de limiter son impact écologique.

Des petits gestes auxquels de nombreux internautes n'ont pas hésité à faire référence pour commenter leur dépit face à ce reportage.

Le HuffPost pointe par ailleurs que cette salle avait déjà été signalée en 2016 par la Cour des comptes française pour son énorme déficit d'exploitation. En plus de ne pas être rentable, la juridiction financière avait dénoncé des factures d'électricité astronomiques.