En Grèce, une justice dysfonctionnelle à deux vitesses entraîne des verdicts surprenants

Plusieurs juges ont été licenciés pour un retard injustifié dans la gestion de leurs dossiers. Les dérives du système judiciaire sont récurrentes. Et certaines décisions… étonnantes.

Angélique Kourounis - Correspondante à Athènes
Zak Kostopoulos, une icône de la communauté LGBT grecque, assassiné en 2018.
Zak Kostopoulos, une icône de la communauté LGBT grecque, assassiné en 2018.
Treize juges d'instruction ont été licenciés depuis le début de l'année en Grèce pour "retards injustifiables dans le traitement de leurs dossiers". Certains avaient sur leur bureau des affaires datant de 2012 toujours pas instruites. L'un dans l'autre, plus de 400 dossiers prenaient racine sur leurs étagères. Le conseil disciplinaire de la Cour suprême a décidé de donner un grand coup dans...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité