Le Vatican assainit son budget mais réduit son patrimoine pour se financer

Le Vatican continue à mettre de l'ordre dans ses comptes, avec un budget quasiment à l'équilibre en 2021, mais il se voit contraint chaque année de réduire son patrimoine afin de se financer, a indiqué vendredi son "ministre" de l'Economie.

AFP
Le Vatican assainit son budget mais réduit son patrimoine pour se financer
©AFP

Le Saint-Siège a présenté pour l'exercice 2021 un déficit modique de trois millions d'euros alors qu'il était attendu à 33 millions. Un résultat "positif" selon le préfet du Secrétariat à l'Economie, le religieux espagnol Juan Antonio Guerrero, mais qui masque des problèmes structurels.

"Le Saint-Siège réduit chaque année son patrimoine pour couvrir les services de la Curie romaine", son gouvernement central, a expliqué le préfet aux médias vaticans. Le Saint-Siège vend pour 20-25 millions d'euros de patrimoine en moyenne chaque année" car "la mission du Pape n'est pas suffisamment financée".

"Nous ne recherchons pas un excédent, mais la pérennité du service du Saint-Siège. Un déficit de trois millions d'euros pour un budget de 1,1milliard, ce n'est pas tant que ça (...). Mais si nous faisons une analyse plus détaillée, il y a des domaines qui doivent être améliorés", a-t-il averti dans un entretien à l'agence Vatican News.

Dans le cadre de la réforme des finances du Saint-Siège et pour en permettre un contrôle plus strict après une série d'affaires, le secrétariat à l'Economie a récupéré la gestion de nombreux actifs jusqu'ici déléguée.

Le total de ces actifs se monte désormais à 3,9 milliards d'euros.

En 2021, le Vatican a dégagé des revenus de 1,1 milliard d'euros, à peu près stables par rapport à 2020. La baisse des donations a été compensée par une baisse des dépenses et une meilleure gestion des actifs immobiliers, selon les comptes publiés vendredi.

Le plus petit Etat du monde a dévoilé fin juillet une nouvelle politique d'investissements "éthiques" et "durables", qui prévoit notamment la fermeture de ses comptes à l'étranger et l'interdiction des investissements dans la défense.

Cette politique, qui entrera en vigueur le 1er septembre, interdit tout investissement dans des secteurs liés à l'armement et la défense, la pornographie, les jeux d'argent, ou ceux de la santé impliqués dans l'avortement ou le développement de cellules souches embryonnaires.