Faut-il acheter des avions de combat F-35A ? Les Suisses retournent aux urnes

L'achat de nouveaux avions n'est pas remis en cause, mas l'initiative vise à valider le type d'avions.

AFP
Faut-il acheter des avions de combat F-35A ? Les Suisses retournent aux urnes
©Shutterstock

Les opposants à l'achat d'avions de combat américains F-35A par la Suisse ont déposé mardi, devant les autorités, une initiative en vue d'organiser un vote populaire sur le sujet. L'alliance de gauche Stop-F35 a déposé les signatures auprès de la Chancellerie fédérale à Berne qui va désormais vérifier qu'il y en a bien 100.000 de valides, comme l'exige la loi, a constaté un photographe de l'AFP. Le Conseil fédéral (gouvernement) devra ensuite fixer la date du vote.

"Avec cette initiative, seule la question du type d'avion est en cause. Si la Suisse se décide pour un autre jet, l'initiative sera retirée", indique l'alliance, sur son site internet.

Le gouvernement a décidé fin juin 2021 d'acquérir 36 F-35A, auprès du constructeur américain Lockheed Martin. En septembre 2020, les Suisses avaient approuvé de justesse, lors d'un vote populaire, une enveloppe de 6 milliards de francs (5,6 milliards d'euros) pour permettre aux forces aériennes de se doter d'une nouvelle flotte.

Si le gouvernement suisse affirme que l'avion était de loin le meilleur, au prix le plus bas de tous les jets en lice pour le contrat (Rafale, F/A-18 et Eurofighter), les innombrables difficultés techniques et dépassements budgétaires du programme F-35 aux États-Unis ont incité deux commissions parlementaires à lancer une enquête sur le choix de l'appareil.

Toutefois, le gouvernement a annoncé en mai qu'il voulait accélérer le processus d'achat, l'offre américaine expirant fin mars 2023, laissant penser que Berne n'entend pas attendre le résultat du vote populaire.

"La conseillère fédérale (en charge de la Défense, Ndlr), Viola Amherd, veut acheter le F-35 en septembre déjà, alors que les contrats n'expirent qu'en mars. Le Conseil fédéral et le Parlement doivent maintenant tout mettre en oeuvre pour permettre une votation populaire et un débat public urgent et nécessaire sur le plus grand contrat d'armement de l'histoire suisse", demande l'alliance Stop-F35.

Vu dès l'origine comme un produit d'exportation destiné à assurer la domination de Washington sur le marché des avions de combat, le F-35 a fait l'objet d'un partenariat avec huit pays, dont le Royaume-Uni, chacun recevant une part de travail en fonction de son investissement. Les avions destinés à la Suisse seraient pour l'essentiel construits en Italie.

Récemment, la Grèce et l'Allemagne ont rejoint la liste des pays qui veulent se doter de l'appareil, déjà acheté par le Royaume-Uni, la Belgique, le Danemark, l'Italie, la Finlande, la Norvège, le Pays-Bas et la Pologne.