Grèce: tollé après la nomination d'une juge accusée d'antisémitisme

Les représentants de la communauté juive en Grèce ont exprimé vendredi leur "fort mécontentement" après la nomination comme vice-présidente du Conseil d'Etat de Marianthi Pagouteli, une juge accusée d'antisémitisme.

Grèce: tollé après la nomination d'une juge accusée d'antisémitisme
© IMAGEBROKER

Le bureau central de la communauté juive grecque (KISE) s'inquiète dans son communiqué de la "nomination au sein de l'instance judiciaire la plus haute du pays d'une personne qui ne peut pas défendre la position de l'Etat grec contre l'antisémitisme".

Sa nomination a été approuvée par un conseil ministériel le 30 août, suite à une proposition faite par le ministre de la justice, explique par ailleurs le KISE.

En 2007, Marianthi Pagouteli avait demandé l'acquittement d'un négationniste notoire Konstantinos Plevris, auteur du livre "Les Juifs, toute la vérité", jugé pour propos racistes et incitation à la haine.

Le fils de Konstantinos Plevris, Thanos Plevris est actuellement ministre de la santé au sein du gouvernement conservateur de Kyriakos Mitsotakis.

D'après plusieurs médias grecs, Marianthi Pagouteli tenait également un blog lors de ce procès en 2007 où elle regrettait qu' "Hitler n'ait pas exterminé complétement" les Juifs.

Au sein même de la majorité conservatrice, cette nomination a été critiquée. La députée conservatrice Olga Kefaloyanni s'est indignée vendredi de la nomination d'une "juge intolérante", et a déclaré que "l'Etat grec doit se protéger face à toutes sortes d'intolérances et de discriminations".

Environ 60.000 Juifs grecs ont péri dans les camps de la mort nazis, 83 % de leur communauté d'avant-guerre, selon les estimations.

En Grèce, les comportements antisémites, notamment véhiculés par la puissante Église orthodoxe, restent importants.

Quelque 36% des Grecs ont des "sentiments négatifs" envers les Juifs et près de 60% d'entre eux croient aux théories conspirationnistes d'un "réseau secret juif qui influence les affaires économiques et politiques", selon un sondage de la Ligue d'action et de protection publié en 2021.