Après une longue absence, Eric Zemmour sort du silence et explique les raisons de sa défaite

Le président de Reconquête! s'est exprimé auprès de BFMTV.

Après une longue absence, Eric Zemmour sort du silence et explique les raisons de sa défaite
©BELGA

Revoilà Eric Zemmour. Après sa débâcle à l'élection présidentielle puis ses revers aux élections législatives qui ont suivi, le président de Reconquête! avait pris distance avec tous les médias.

Mais il vient de sortir du silence en accordant une interview à BFMTV. Dans celle-ci, Eric Zemmour revient sur les raisons de son échec. "Les thèmes de la campagne n'intéressaient ni les médias, ni les gens", confie l'homme politique, qui estime que la guerre en Ukraine a totalement chamboulé la campagne. Cette dernière a "basculé dans un autre univers" lorsque que le conflit a commencé, assure-t-il.

S'il justifie son faible score à la présidentielle (7%) par cette raison principale, Eric Zemmour reconnaît qu'il n'y a pas que cela qui a joué. "Cela ne veut pas dire qu'il n'y a pas d'erreurs ici et là", a-t-il ainsi avoué, avant de confier qu'il avait beaucoup écrit durant l'été "pour comprendre ce qu'il s'était passé".

Finalement, le président de Reconquête! reste assez déterminé. "J'ai réfléchi, j'ai pensé arrêter et puis je me suis dit : je ne me suis pas lancé en politique pour avoir des postes ou diriger un parti. Je me suis jeté à l'eau pour tenter d'arrêter la disparition programmée de la France." Avant d'ajouter: "J'ai eu tort électoralement mais pour l'Histoire, j'ai eu raison. Je me suis dit : tu es le seul à pouvoir porter ce combat."

A noter qu"Eric Zemmour est également revenu sur les propos polémiques de Ségolène Royal, qui mettait en doute les crimes de guerre en Ukraine (l'ex-compagne de François Hollande a finalement présenté ses excuses ce samedi!). L'essayiste a pour sa part pris sa défense: "Il est courageux de ne pas accepter le discours imposé par les médias et moi, je le fais. Il y a une doxa imposé par les médias, et les gens comme Ségolène Royal et moi, nous la contestons."