L'un des enfants de la "maison de l'horreur" en France livre un terrible témoignage: "J'ai vu mes sœurs attachées 23h/24"

Hier, nous vous rapportions l'horrible traitement réservé à des enfants dans une "maison de l'horreur" à Noyelles-Sous-Lens, en France. C'est Bryan, l'un des fils ainés de la famille qui a donné l'alerte. Il a livré son témoignage au micro de BFMTV hier soir.

L'un des enfants de la "maison de l'horreur" en France livre un terrible témoignage: "J'ai vu mes sœurs attachées 23h/24"
©SHUTTERSTOCK

C'est une découverte cauchemardesque que les policiers ont réalisée ce 30 août dans un village du Pas-de-Calais. Les enfants d'une famille étaient élevés dans des conditions désastreuses que Brian, l'un des frères aînés, a décidé de dénoncer.

A l'issue d'une nouvelle bagarre familiale, le jeune homme de 21 ans a choisi de donner l'alerte: "Ils se sont mis à 3 sur mon petit frère de 16 ans. J'ai dû m'interposer physiquement pour sortir mon petit frère de ça. J'ai décidé le lendemain que c'était un stop, je ne pouvais plus voir et vivre des scènes que j'ai vécues", raconte-t-il.

Bryan fait alors appel à des assistants sociaux. Il déballe les faits: "des coups de bâton, de fouet, de raclette, de balai et de chaussures de sécurité" mais aussi ses frères et sœurs ligotés: "J'ai vu mes sœurs attachées 23h/24, avec la couche remplie d'excréments. J'ai vu mes deux parents attacher mes frères de 6 et 10 ans dans des poussettes pour ne pas qu'ils bougent avec des cordes de peignoirs", décrit-il. Le jeune homme fait également état de "scènes de sexualité".

Pourtant, des visites ont eu lieu à plusieurs reprises au cours des années mais les parents sont toujours parvenus à s'en sortir: "Il n'y avait aucune visite surprise, que des visites prévenues. Ils s'arrangeaient toujours pour nous embobiner le cerveau", déplore Bryan. "Je suis père d'un petit de vingt mois et je vois qu'on n'élève pas un enfant dans des conditions pareilles", continue-t-il au micro de BFMTV.

Selon lui, les parents utilisaient les enfants pour toucher des allocations familiales importantes: "Quand l'un des nous quitte la maison, ils en font un autre pour ne pas perdre de l'argent. On est leur salaire", se révolte Bryan.

Une enquête a été ouverte. Les parents ont reconnu les faits et seront jugés en janvier prochain. Les 10 enfants, âgés de 4 mois à 24 ans, ont été placés. Brian souhaite "leur donner tout l'amour qu'ils méritent": "On ne tombera pas et on se relèvera comme on l'a fait pour tous les coups qu'ont donnés nos parents, on ne lâchera pas", martèle-t-il.