Décès, racisme et infidélités: les crises affrontées par la reine Elizabeth II

De la mort de son époux le prince Philip aux accusations de racisme par le prince Harry et son épouse Meghan, la reine Elizabeth II a connu durant son règne record plusieurs crises et épreuves ayant ébranlé la monarchie britannique.

Le décès de Philip

Avec le décès du prince Philip en avril 2021, Elizabeth II perd son époux depuis plus de 70 ans, dont elle était tombée amoureuse adolescente.

Pour elle, il a renoncé aux titres qu'il avait reçus à la naissance, pris la nationalité britannique et adopté le nom -anglicisé- de sa mère, Mountbatten.

A ses côtés, il a accompli des milliers d'engagements publics jusqu'à sa retraite en 2017. Un dévouement auquel Elizabeth II avait rendu hommage, confiant publiquement qu'il avait été sa "force".

- Les accusations contre Andrew

Le prince Andrew, deuxième fils de la reine, souvent décrit comme son préféré, a réussi à éviter un procès potentiellement explosif aux Etats-Unis en obtenant un accord à l'amiable, annoncé en février 2022, avec l'Américaine, Virginia Giuffre.

Cette dernière affirmait avoir été forcée d'avoir des relations sexuelles avec lui alors qu'elle était mineure et sous l'emprise du défunt milliardaire américain Jeffrey Epstein. Le prince dément.

Déjà contraint de se retirer de la vie publique en raison de son amitié avec Epstein, le duc d'York est déchu en janvier 2022 de ses titres militaires et parrainages d'associations par Elizabeth II.

La reine lui avait cependant gardé son affection, en arrivant fin mars à son bras à une cérémonie religieuse en l'honneur de son époux Philip, décédé l'an dernier.

Les critiques de Harry et Meghan

Après leur mise en retrait fracassante de la monarchie en 2020, le petit-fils de la reine, le prince Harry, et son épouse Meghan se livrent l'année suivante à un grand déballage à la télévision américaine.

Le couple qui vit aux Etats-Unis assure notamment qu'un membre de la famille royale s'était interrogé sur la couleur de peau qu'aurait leur fils Archie, à naître.

Harry doit publier un livre de confidences, attendu d'ici la fin de l'année, la presse spéculant sur de possibles règlements de comptes et révélations.

Lui, son épouse et leurs enfants se sont quand même rendus à Londres pour les célébrations des 70 ans de règne de la reine en juin. Le couple avait alors pris part à la cérémonie religieuse en son honneur mais n'avait pas été convié sur le balcon de Buckingham aux côtés de la reine.

La mort de Diana

Le reine est fustigée pour son manque de compassion à la mort fin août 1997 de la très populaire "princesse du peuple", Diana, mère de William et Harry.

Lady Di, 36 ans, se trouvait avec son nouveau petit-ami, le riche héritier égyptien Dodi Al-Fayed, lorsque la berline qui les transportait s'est encastrée dans un pilier du tunnel de l'Alma à Paris, poursuivie par des paparazzis.

Alors qu'un peuple en larmes dépose des millions de fleurs devant les grilles de Buckingham et du palais de Kensington, le prince Charles et sa mère restent retranchés dans leur domaine de Balmoral, en Ecosse, silencieux plusieurs jours durant.

Face à la vague d'indignation déclenchée par sa froideur, la souveraine critiquée pour sa raideur sort de son silence la veille des funérailles de la "princesse des coeurs", lors d'une allocution télévisée exceptionnelle.

Mariages chancelants

1992 est une année "horribilis" pour la reine, confrontée à l'incendie du château de Windsor, une de ses résidences officielles près de Londres, ainsi qu'aux mariages chancelants de trois de ses quatre enfants.

La séparation la plus marquante est celle du prince héritier Charles et de la princesse Diana, après onze ans d'un mariage tumultueux. Leur divorce est prononcé en 1996.

Le prince Andrew se sépare lui de la flamboyante Sarah Ferguson. Malgré leur divorce en 1996, ils restent en bons termes.

Seule fille de la souveraine, la princesse Anne divorce de son premier mari Mark Phillips trois ans après leur rupture en 1989.

Le coeur brisé de Margaret

Surnommée la princesse rebelle, brûlant la vie par les deux bouts, la princesse Margaret, soeur cadette de la reine, fait parler d'elle pour ses frasques, bousculant bienséance et convenances.

Après avoir dû renoncer à son amour pour l'écuyer Peter Townsend, divorcé, elle épouse en 1960 Antony Armstrong-Jones, photographe de mode un peu bohème.

Le couple divorce en 1978, après un énième scandale dû à leurs infidélités étalées dans la presse.

Sur le même sujet