Guerre en Ukraine: Varsovie et les pays baltes vont restreindre l'entrée des ressortissants russes

La Pologne et les trois États baltes ont annoncé jeudi s'être mis d'accord pour restreindre temporairement l'entrée sur leur sol, dès le 19 septembre, des citoyens russes porteurs de visas européens.

Guerre en Ukraine: Varsovie et les pays baltes vont restreindre l'entrée des ressortissants russes
©Shutterstock

Les Premiers ministres de Pologne, Lituanie, Lettonie et Estonie expriment dans une déclaration leur inquiétude "face à l'afflux important et croissant de ressortissants russes dans l'UE".

"Nous pensons que cela devient une menace grave pour notre sécurité publique et pour l'ensemble de la zone Schengen", ajoutent-ils.

Les quatre pays indiquent s'être mis d'accord pour "une approche régionale commune" visant à "introduire des mesures nationales temporaires pour les citoyens russes porteurs de visas".

Ces mesures "restreindront l'entrée dans la zone Schengen pour les citoyens russes voyageant pour des raisons touristiques, culturelles, sportives ou professionnelles".

Des exceptions seront faites pour différentes catégories, notamment les "dissidents", les "cas humanitaires", les motifs familiaux et les titulaires de permis de résidence dans l'Union européenne.

"Nous continuons d'affirmer la nécessité de soutenir les opposants au régime de Poutine et de leur offrir des opportunités de quitter la Russie", souligne le texte.

Mais "il est inacceptable que les ressortissants d'un pays agresseur puissent voyager librement dans l'UE, quand dans le même temps des personnes en Ukraine sont torturées et assassinées".

Les quatre chefs de gouvernement assurent qu'ils vont "continuer de rechercher une approche commune au niveau de l'UE" sur ce sujet.

Les ministres des Affaires étrangères de l'Union ont décidé la semaine dernière à Prague de suspendre un accord sur l'assouplissement du régime des visas avec la Russie.

Ils n'avaient toutefois pas validé une interdiction de visa plus large, comme le demandaient la Pologne et les pays baltes.

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell avait toutefois déclaré que les pays limitrophes de la Russie "peuvent prendre des mesures au niveau national pour restreindre l'entrée dans l'Union européenne".

Il avait précisé que ces mesures devraient être conformes aux règles de l'espace Schengen et souligné qu'il était important que les membres de la société civile russe puissent continuer à se rendre dans l'Union européenne.

La Pologne et les trois Etats baltes avaient déclaré à cette occasion qu'ils envisageaient d'interdire les voyageurs russes si l'UE dans son ensemble ne le faisait pas.