« Il faut se résigner à cette nouvelle position qu’occupe la Turquie, même si Erdogan n’est pas toujours un personnage sympathique »

Didier Billion, directeur adjoint de l’Iris, estime notamment qu’ »on assiste à un jeu assez dangereux entre la Turquie et la Grèce ».

Didier Billion, de l'Iris, apporte son analyse au sujet de la Turquie et de son président Erdogan
Didier Billion, de l'Iris, apporte son analyse au sujet de la Turquie et de son président Erdogan ©Montage La Libre (avec AFP)
Recep Tayyip Erdogan est sur tous les fronts. Lorsqu’il n’est pas occupé à jouer les médiateurs entre la Russie et l’Ukraine, le président turc lance une série de menaces envers les kurdes de Syrie, avertit les Grecs d’une possible attaque, noue des alliances avec des ex-ennemis, joue le rôle d’économiste en chef de son pays... Comment interpréter les agissements, décisions et intimidations du « raïs », dont la popularité est en train de s’effondrer en Turquie ? Analyse avec Didier Billion, directeur...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet