Des milliers de personnes défilent contre l'Europride dans la capitale serbe

Des milliers de personnes ont défilé dimanche à Belgrade contre la tenue dans la capitale serbe de l'Europride, la veille du début de ce rassemblement paneuropéen de la communauté LGBTQ, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Des milliers de personnes défilent contre l'Europride dans la capitale serbe
©AP

La tension est montée d'un cran ces dernières semaines en Serbie où les organisateurs de l'Europride sont déterminés à organiser samedi prochain une marche des fiertés, point culminant d'une semaine d'événements et de festivités, alors que les autorités semblent vouloir interdire sa tenue.

Des manifestants, dont beaucoup de religieux de l'Eglise orthodoxe serbe (SPC), ont défilé dans le centre de Belgrade à l'appel des groupes traditionalistes, d'extrême droite ou encore de la SPC.

Ils ont porté des icônes, des drapeaux religieux et des croix, et certains ont promis d'organiser une contre-manifestation si les organisateurs de l'Europride maintenaient leur projet de défiler.

"Je ne fais pas de discrimination à leur égard (...) mais ils devraient faire ça chez eux et ne pas l'imposer", a dit à l'AFP un des manifestants, Djordje, 25 ans.

Le président serbe Aleksandar Vucic, qui avait annoncé fin août que le défilé serait "reporté ou annulé", a déclaré samedi que la police allait finalement annoncer 96 heures avant cet événement, à savoir mardi, s'il pourra être organisé ou non.

M. Vucic a évoqué des raisons "sécuritaires", liées à une nouvelle montée des tensions au Kosovo, ancienne province serbe majoritairement albanaise, qui a proclamé en 2008 son indépendance que Belgrade ne reconnaît pas, mais également des problèmes liés à l'énergie.

Les organisateurs de l'Europride ont critiqué cette décision, affirmant que le gouvernement n'avait pas le droit d'annuler la marche des fiertés.

Les deux premières marches des fiertés de Belgrade, en 2001 et en 2010, avaient été entachées de violences. Le défilé est organisé régulièrement depuis 2014, mais avec un important dispositif des forces de l'ordre.