Plus de 2.000 agents, 36 km de barrière de sécurité: les funérailles d'Elizabeth II, le plus grand test de son histoire pour la police britannique

S.G. (avec AFP)

"Je peux confirmer que ce sera le plus grand événement que la police londonienne ait eu à encadrer", confie le sous-commissaire adjoint Stuart Cundy. "C'est plus grand que les Jeux olympiques de 2012, et plus grand que le week-end du jubilé de platine", qui a eu lieu début juin.

Plus de 2 000 agents de tout le pays ont été recrutés pour épauler Scotland Yard à assurer la sécurité des funérailles d’État, réunissant 2 000 invités, dont des chefs d’État étrangers, du gotha mondain mondial ou encore des citoyens décorés pour leur engagement associatif.

"L'éventail des policiers, du personnel de police et de tous ceux qui soutiennent l'opération est vraiment immense", précise Stuart Cundy, avant de citer, entre autres, "nos maîtres-chiens, notre unité maritime". La police va déployer plus de 36 kilomètres de barrières dans le centre de Londres, où des dizaines de milliers de personnes sont attendues.

"En ce qui concerne le nombre de personnes et d'éventuels mouvements de foule avec des personnes poussées et écrasées, c'est quelque chose qui est constamment surveillé par les commandants de police, poursuit Stuart Cundy. Les installations et la technologie dont nous disposons, pour que nous puissions voir tout ce qui se passe sous plusieurs angles différents, sont absolument essentielles en termes de contrôle des foules."

Jusqu'ici 34 personnes ont été arrêtées pour différents délits. Aucune d'elles n'a été arrêtée pour avoir manifesté contre la monarchie, insiste la police. "Nous avons veillé à ce que tous nos agents déployés […] à Londres comprennent qu'il est clair que les gens ont le droit de manifester", conclut Stuart Cundy.

24 heures d’attente

Les policiers encadrent également la longue file d'attentedes personnes qui patientent pour voir le cercueil de la reine. Preuve de l'immense émotion suscitée par la mort de la Reine, les autorités ont dû suspendre temporairement l'accès à Westminster Hall, la plus ancienne salle du Parlement britannique. À sa réouverture dans l'après-midi, le gouvernement a prévenu d'une attente dépassant 24 heures dans la file qui serpente sur des kilomètres dans Londres, et mis en garde contre les températures nocturnes froides.

Parmi les milliers d'anonymes, l'ex-star du football David Beckham a attendu patiemment, plus de 12 heures depuis 2 h du matin, vêtu de sombre. Devant la dépouille, il a sobrement incliné la tête et essuyé une larme. "C'est très émouvant, et le silence et l'atmosphère dans la salle sont très difficiles à expliquer, mais nous sommes tous là pour dire merci à Sa Majesté d'avoir été si gentille, attentionnée, réconfortante à travers les années, a-t-il dit à sa sortie. Elle a été notre reine et l'héritage qu'elle laisse est incroyable."

Plus de 2.000 agents, 36 km de barrière de sécurité: les funérailles d'Elizabeth II, le plus grand test de son histoire pour la police britannique
©AFP

Sur le même sujet