Téléphones interdits, surveillants qui réprimandent les étudiants distraits: une fac française pointée du doigt

Les étudiants de première année de la faculté de médecine de Nancy se plaignent des mesures prises par leur établissement.

J.F.
Téléphones interdits, surveillants qui réprimandent les étudiants distraits: une fac française pointée du doigt
©shutterstock

De nouvelles règles strictes ont été mises en place à destination des nouveaux étudiants à Nancy, dans la faculté de médecine de l'Université de Lorraine. Et cela ne plait pas à tout le monde. Dans un article de l'Est républicain, des étudiants dénoncent des mesures qu'ils jugent trop drastiques.

Plusieurs étudiants ont en effet confié que leurs téléphones devaient obligatoirement être rangés dans leur sac, que des bouts de scotch distribués par la fac devaient être collés sur les caméras de leur ordinateur, et que des surveillants tapotaient parfois sur l'épaule des étudiants distraits avec une canne télescopique.

Un étudiant raconte ainsi qu'il a eu droit "à un petit coup la semaine passée". "J'étais sur mon ordi, je faisais autre chose que le cours et le surveillant m'a tapoté l'épaule. Rien de grave mais c'est surprenant." Comme l'explique une maman d'étudiant, également enseignante à l'Université de Lorraine, "les surveillants, pendant les cours, regardent sur les ordinateurs ou les tablettes personnels des étudiants, les empêchent de travailler autre chose que les cours, restent à leurs côtés pour les forcer à suivre coûte que coûte". Elle a fait part de ce constat au Syndicat national de l'enseignement supérieur. Ces mesures sont en effet rares dans le supérieur où les étudiants bénéficient généralement d'une plus grande liberté.

La réponse de la direction

Interrogées sur ces faits, les autorités de l'université ont répondu via un communiqué de presse. L'Université de Lorraine explique notamment qu'en raison du grand nombre d'étudiants en première année de médecine, les cours sont délivrés par des enseignants qui interviennent dans un amphithéâtre et diffusés en vidéo dans d'autres amphithéâtres. "Les contractuels vacataires, appelés 'assistants d'enseignement' sont présents uniquement dans les amphithéâtres où le cours est retransmis en vidéo afin de s'assurer que la retransmission se passe dans de bonnes conditions", explique l'établissement.

Concernant les mesures dénoncées par les étudiants, l'université se justifie. Concernant le scotch posé sur les caméras des ordinateurs, elle explique: "Depuis cette rentrée, les assistants pédagogiques font appliquer les décisions de la commission pédagogique concernant l'interdiction de procéder à une captation audio/vidéo/photo. Dans ce cadre, ils peuvent être amenés à intervenir auprès d'étudiants pour leur faire cesser une captation. Il s'agit d'une intervention destinée à faire appliquer une règle, ce qui est toujours délicat. Les cours font de manière récurrente l'objet de trafics."

Au sujet de la canne télescopique, l'université reconnait "qu'un des assistants pédagogiques a utilisé un pointeur pendant les tout premiers jours à la rentrée. Cela découlait d'une habitude qu'il avait prise dans ses précédentes fonctions et il ne l'a jamais utilisé avec l'intention de faire peur. Constatant le risque de méprise, cet assistant pédagogique a rapidement cessé de l'utiliser."