Des images des fuites de Nord Stream enregistrées par satellites

Des satellites ont capturé les premières images des émanations de méthane en provenance du pipeline Nord Stream, récemment endommagé par plusieurs explosions.

ANP

Elles seraient plus importantes que celles survenues l'an dernier lors de la fuite d'un gazoduc dans le golfe du Mexique, selon une analyse de l'Observatoire international des émissions de méthane des Nations unies et de l'université polytechnique de Valence. Cette fuite avait à l'époque engendré la libération de 40.000 tonnes de méthane dans l'atmosphère en 17 jours, ce qui équivaut à 3% des émissions de gaz à effet de serre du pays d'Amérique du Nord.

Les chercheurs n'ont pour l'instant aucune idée de l'ampleur exacte de la fuite de méthane provenant de Nord Stream. Selon eux, le diamètre de gaz en ébullition visible en mer a diminué. Le 26 septembre, jour de détection des fuites, le gaz en ébullition était visible sur un diamètre de 700 mètres. Trois jours plus tard, l'ampleur de la fuite s'était réduite à 520 mètres.

Des images des fuites de Nord Stream enregistrées par satellites
©AFP



Au total, quatre fuites ont été détectées dans les deux pipelines Nord Stream, dans une même zone en mer Baltique. La piste du sabotage est envisagée.

Cet incident, en plus d'avoir des conséquences sur l'approvisionnement en gaz européen, est également préjudiciable pour l'environnement. Le méthane est en effet un puissant gaz à effet de serre dont le potentiel de réchauffement est 80 fois supérieur à celui du dioxyde de carbone.

Selon les autorités danoises, le gazoduc pourrait être vide d'ici dimanche.