Nord Stream: Poutine accuse les Occidentaux pour les "explosions" à l'origine des fuites

Le président russe Vladimir Poutine a accusé vendredi les Occidentaux d'être à l'origine des "explosions" qui ont provoqué des fuites importantes dans les gazoducs Nord Stream 1 et 2, construits pour acheminer le gaz russe en Europe.

Nord Stream: Poutine accuse les Occidentaux pour les "explosions" à l'origine des fuites
©AFP

"En organisant des explosions sur les gazoducs internationaux qui longent le fond de la mer Baltique, ils ont en réalité commencé à détruire l'infrastructure énergétique européenne", a fustigé Vladimir Poutine lors d'un discours au Kremlin, imputant ce "sabotage" aux "Anglo-Saxons".

Selon le président russe, les États-Unis "font pression" sur les pays européens pour qu'ils coupent complètement leur approvisionnement en gaz russe "afin de s'emparer (eux-mêmes) du marché européen".

Avant le début du conflit avec l'Ukraine fin février, le gaz russe représentait 40% des livraisons annuelles de gaz à l'Union européenne, un chiffre qui est tombé à 9% début septembre, selon Bruxelles.

Jeudi, Vladimir Poutine avait déjà dénoncé auprès de son homologue turc Recep Tayyip Erdogan les attaques présumées ayant visé Nord Stream 1 et 2 en mer Baltique, un "acte de terrorisme international" selon lui.

Le Kremlin avait aussi dit suspecter "l'implication" d'un État étranger dans les quatre fuites détectées, sans toutefois nommer un pays en particulier.

Elle-même soupçonnée d'être à l'origine des fuites, la Russie avait contre-attaqué dès mercredi, pointant du doigt les États-Unis et en obtenant une réunion du Conseil de sécurité de l'Onu vendredi. Washington a dénoncé en retour une nouvelle opération de "désinformation" de Moscou.

Le gaz devrait continuer de s'échapper vers l'atmosphère encore plusieurs jours jusqu'à ce que les deux gazoducs, Nord Stream 1 et 2, se vident.

Selon la Suède et le Danemark, les fuites sont dues à des explosions sous-marines correspondant "à des centaines de kilos de TNT", ont-ils indiqué vendredi dans un rapport officiel remis aux Nations-Unies.

Blinken qualifie les accusations de Poutine de "désinformation scandaleuse"

Le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken a récusé vendredi les allégations du président russe , parlant d'une "désinformation scandaleuse".

"Je n'ai rien à ajouter à ces allégations absurdes du président Poutine selon lesquelles nous ou nos partenaires alliés seraient responsables en quoi que ce soit de cela", a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse.