Censure: Borne brocarde la Nupes et le RN et défend un budget "meilleur" que l'initial

Élisabeth Borne a brocardé lundi à l'Assemblée les motions de censure de la Nupes et du RN dont "le seul point d'accord" est de "vouloir l'échec du gouvernement", sur un budget soumis au 49.3 "meilleur que celui qui avait été déposé".

French Prime Minister Elisabeth Borne speaks at the tribune during a debate prior to two votes of no confidence registered by the left-wing and the far-right over the government's usage of the constitution's article 49,3 to force its 2023 budget through parliament without a vote, at the French National Assembly in Paris on October 23, 2022. - France's lower house left-wing coalition NUPES (Nouvelle Union Populaire Ecologique et Sociale - New People's Ecologic and Social Union) and far-right Rassemblement National (RN) group both called for no confidence votes to force the government's resignation, as warranted through the use of article 49,3, after it sought to force the first portion of its budget through parliament on October 19. (Photo by JULIEN DE ROSA / AFP)
French Prime Minister Elisabeth Borne speaks at the tribune during a debate prior to two votes of no confidence registered by the left-wing and the far-right over the government's usage of the constitution's article 49,3 to force its 2023 budget through parliament without a vote, at the French National Assembly in Paris on October 23, 2022. - France's lower house left-wing coalition NUPES (Nouvelle Union Populaire Ecologique et Sociale - New People's Ecologic and Social Union) and far-right Rassemblement National (RN) group both called for no confidence votes to force the government's resignation, as warranted through the use of article 49,3, after it sought to force the first portion of its budget through parliament on October 19. (Photo by JULIEN DE ROSA / AFP) ©AFP or licensors

La Première ministre affronte les motions de censure de la gauche et du RN sur la première partie du budget 2023 de l'État.

Dans son intervention, la présidente du RN Marine Le Pen a annoncé que son groupe voterait également la motion de la Nupes.

"Est-ce à dire qu'une alliance peut se passer de valeurs communes, de convictions partagées, d'ambitions convergentes ? Est-ce un gouvernement où sur les bancs des ministres siègeraient côte à côte madame Le Pen, madame Panot, madame Châtelain, monsieur Bardella, monsieur Vallaud et monsieur Chassaigne que vous proposez aux Français ?", a lancé Mme Borne dans une ambiance électrique.

La Première ministre a fustigé, malgré des "différences majeures" entre ses auteurs, "des arguments tristement communs" aux deux motions selon elle.

<p>Le président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale Boris Vallaud, le 24 octobre 2022</p>
Le président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale Boris Vallaud, le 24 octobre 2022 ©AFP

Celle de la Nupes "enchaîne les excès et les contre-vérités", comme issue d'un "pays alternatif: celui où Jean-Luc Mélenchon serait parvenu au second tour de l’élection présidentielle, celui où il aurait gagné", a ironisé la Première ministre.

Celle du RN "dissimule mal, derrière l’apparence du sérieux, le simplisme, l’outrance et des fondamentaux idéologiques qui n’ont pas bougé depuis cinquante ans". "Vous n’avez que le mot +République+ à la bouche mais rien dans vos propos n’a quoi que ce soit à voir avec la République !", a-t-elle asséné à Mme Le Pen.

"Je n’imagine pas un instant que vous puissiez gouverner ensemble. Pas un instant", a insisté Mme Borne.

Elle a ensuite défendu le budget de l'exécutif qui n'est "pas la copie conforme du texte initial". "Grâce à vous, grâce aux débats en séance, comme dans l’hémicycle, grâce à des amendements de la majorité comme des oppositions que nous avons retenus, ce texte est meilleur que celui qui avait été déposé."

<p>Marine le Pen à l'Assemblée nationale à Paris le 24 octobre 2022</p>
Marine le Pen à l'Assemblée nationale à Paris le 24 octobre 2022 ©AFP

Égrenant les amendements retenus, et comme elle l'avait fait lors de sa déclaration de politique générale, apostrophant tour à tour les présidents des différents groupes d'opposition, citant notamment l'extension de la demi-part fiscale pour les veuves des anciens combattants (groupe LR), le prolongement de la TVA à 5,5% sur les masques (groupe socialiste), les "nouveaux carburants alternatifs" (groupe écologiste) ou encore le prolongement de l'aide fiscale pour les investissements outremer (groupe communiste).

Côté majorité, elle a cité le relèvement du plafond du taux de l'impôt sur les sociétés pour les PME, une proposition MoDem, et le "filet de sécurité" pour les collectivités voulu par le groupe Horizons.

Une autre motion de la Nupes sur le Budget de la Sécurité sociale sera débattue lundi soir.