Italie: rassemblement pour le centenaire de la "marche sur Rome" de Mussolini

Environ 2.000 personnes se sont rassemblées dans la ville natale de Benito Mussolini, ce dimanche.

Des centaines de nostalgiques du dictateur Benito Mussolini ont défilé dimanche dans sa ville natale, à Predappio, pour célébrer le centenaire de la «marche sur Rome»

Des centaines de nostalgiques du dictateur Benito Mussolini ont défilé dimanche dans sa ville natale, à Predappio, pour célébrer le centenaire de la "marche sur Rome" qui a marqué l'arrivée au pouvoir en Italie des fascistes.

Ils étaient environ 2.000, selon la police, rassemblés dans cette petite ville en Emilie-Romagne (nord), où il est également enterré, dans la crypte de la chapelle familiale.

La tombe de Mussolini est un lieu de pèlerinage pour des dizaines de milliers de visiteurs chaque année.

Dimanche, certains des fidèles du dictateur manifestaient leur soutien au nouveau gouvernement dirigé par la dirigeante d'extrême droite Giorgia Meloni, dont le parti Fratelli d'Italia, qu'elle a contribué à fonder il y a tout juste dix ans et dirigé à partir de 2014, possède des racines néo-fascistes.

Néanmoins, dans son premier discours devant le Parlement cette semaine la nouvelle Première ministre a assuré n'avoir jamais éprouvé "de sympathie ou de proximité avec les régimes anti-démocratiques (...), y compris le fascisme".

Brandissant des bannières et un énorme drapeau italien, ils étaient nombreux à être vêtus de noir, hommage aux Chemises noires, milice du mouvement fasciste puis du régime de Mussolini. Certains ont levé leur bras droit pour faire le salut fasciste, en dépit de l'instruction contraire des organisateurs.

"Si après cent ans, nous sommes encore ici, c'est pour rendre hommage à celui que cet Etat voulait et que nous ne cesserons jamais d'admirer", a déclaré son arrière-petite-fille, Orsola Mussolini, qui participait à la marche avec sa soeur, Vittoria.

Le 28 octobre 1922, la "marche sur Rome" marquait l'arrivée au pouvoir en Italie de Benito Mussolini, qui instaura un régime marqué par le nationalisme et l'autoritarisme.

Mussolini a été abattu par des partisans en avril 1945, aux dernières heures de la guerre, et son corps a ensuite été pendu et mutilé par la foule sur une place de Milan.

Bien que la loi italienne interdise l'apologie du fascisme, elle est rarement appliquée.

En Italie, Benito Mussolini, venu des rangs de la gauche, est crédité par beaucoup d'avoir doté le pays d'infrastructures (trains, autoroutes...) ou lancé des programmes de protection sociale.

On trouve encore son nom sur des monuments à travers la péninsule, comme l'énorme obélisque sur lequel est inscrit "Mussolini Dux", qui trône aujourd'hui encore à deux pas du stade olympique de Rome, sans aucune mise en contexte. Des portraits du Duce ornent également toujours les murs de certains ministères.