Pour gérer la migration en Europe, "la solidarité à la carte ne fonctionnera jamais"

José Manuel Albares, ministre espagnol des Affaires étrangères et européennes, a accordé un entretien à plusieurs médias dont La Libre Belgique sur les sujets qui marqueront la présidence espagnole du Conseil de l'UE, prévue au deuxième semestre 2023. “J'espère me tromper, mais l'Ukraine en fera partie”, prévoit-il.

José Manuel Albares en visite à Bruxelles, le 10 novembre 2022.
José Manuel Albares en visite à Bruxelles, le 10 novembre 2022. ©NOLSOM
“Les difficultés liées à la migration seront toujours là” lorsque l'Espagne prendra la présidence du Conseil de l'Union européenne, en juin 2023. Jeudi, au moment où José Manuel Albares, ministre espagnol des Affaires étrangères et européennes, prononçait ces mots à Bruxelles, la nouvelle tombait : la France a accepté de laisser débarquer sur son sol les 230 migrants du navire humanitaire Ocean Viking, tout en dénonçant le refus du gouvernement italien d'extrême droite d'accueillir ces rescapés. Cette escalade des tensions entre Paris et Rome...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité