Enquête ouverte pour détournement de fonds publics visant les emplois de l'ex-épouse d'Eric Ciotti

Cette enquête "a pour but de vérifier le bien-fondé des éléments parus dans la presse".

(FILES) In this file photo taken on May 13, 2016 President of the Alpes-Maritimes' departmental council Eric Ciotti (L) and then, his wife Caroline (Caroline Magne) pose as they arrive for the screening of the film "I, Daniel Blake" at the 69th Cannes Film Festival in Cannes, southern France. - A preliminary investigation has been opened, including for misappropriation of public funds, after the publication of articles according to which the ex-wife of Eric Ciotti would have accumulated several jobs at the Assembly, Nice and the department, said on November 22, 2022, the National Financial Prosecutor (PNF), confirming a report by BFMTV. (Photo by Valery HACHE / AFP)

Une enquête préliminaire a été ouverte, notamment pour détournement de fonds publics, après la publication d'articles selon lesquels l'ex-épouse d'Eric Ciotti aurait cumulé plusieurs emplois à l'Assemblée, à Nice et au département, a indiqué mardi le parquet national financier (PNF), confirmant une information de BFMTV.

Cette enquête, également ouverte pour abus de confiance et recel de ces infractions, "a pour but de vérifier le bien-fondé des éléments parus dans la presse", a précisé cette source.

Dans son édition de mercredi dernier, le Canard enchaîné a affirmé que l'ancienne épouse du député LR Éric Ciotti, Caroline Magne, avait cumulé divers emplois auprès du député ou d'alliés politiques : attachée de presse de Christian Estrosi, elle est en 2007 devenue attachée parlementaire d'Éric Ciotti lorsqu'il a été élu à l'Assemblée, en plus d'un emploi au Conseil départemental des Alpes-Maritimes où elle "étend ses compétences" lorsque son époux en prend la présidence, en 2008.

L'article révèle aussi qu'elle est devenue directrice adjointe du maire de Nice avant d'intégrer l'équipe de pilotage de la communauté urbaine, exerçant ces responsabilités jusqu'en 2011.

A l'Assemblée son contrat a pris fin en 2016 mais elle a également, entre 2014 et 2016, exercé des responsabilités dans la commune de La Colle-sur-Loup, et eu un emploi au diocèse de Nice entre 2012 et 2014, selon le Canard enchaîné.

Après la publication de cet article, le député, candidat à la présidence de son parti, s'est dit "bassement attaqué" et expliqué avoir employé Caroline Magne comme collaboratrice parlementaire "à temps très partiel" et "dans le strict respect des lois et règlements".