Éric Dupond-Moretti se fait rappeler à l'ordre à l'Assemblée, il en perd ses mots: "Oh mon Dieu mais elle l'a brisé..."

Ce vendredi 2 décembre, le garde des Sceaux français Éric Dupond-Moretti s'est fait rappeler à l'ordre dans l'hémicycle par la présidente de séance. Sur Twitter, les internautes s'en amusent.

Capture d'écran.
Capture d'écran. ©D.R.

C'est avec le visage "décomposé" que le ministre de la Justice français Éric Dupond-Moretti est apparu lors d'un rappel à l'ordre de la présidente de séance ce vendredi 2 décembre. En effet, "Acquittator" - de ce surnom que l'on donne à l'ex-avocat devenu ministre - est resté devant son micro durant de longues minutes sans broncher et avec un air déconfit.

La raison? Après un débat plus que tendu sur la proposition de loi qui propose de lourdes sanctions en cas de squat d'un logement, Valérie Rabault, qui présidait la séance, a rappelé à l'ordre le garde des Sceaux qui voulait défendre une ancienne collègue: "Il y a une différence essentielle entre Mme Cayeux et M. Mélenchon qui, lui, a été définitivement condamné par la justice", a-t-il lancé au sein de l'hémicycle. Cette première interpellation lui a valu une première remarque. Mécontent de cette remontrance, Éric Dupond-Moretti a continué à discuter et la présidente de séance lui a alors expliqué: "J’ai dit à Monsieur Piquemal qu’il n’avait pas à faire d’interpellations personnelles... J’ai donc fait respecter le règlement et ce n’est pas à vous de le faire, je vous remercie".

Le ministre s'est dès lors tu et ne sachant plus quoi dire, son visage s'est mis à exprimer un certain "choc" face à la situation. Les internautes en ont profité pour tourner cela en dérision sur Twitter: "Haha, la tronche de Dupond-Moretti. On se demande si ce qui l'énerve le plus, c'est qu'on froisse son égo, son sentiment de toute puissance et ubris démesuré ou si c'est parce qu'il se fait moucher tranquillement par une femme", "Oh mon Dieu mais elle l'a brisé. Il doit tellement bouillir intérieurement" ou encore "Dans le jargon, ça s'appelle une tête d'abat jour", pouvait-on notamment lire sur le réseau social.