La filiale russe d'Auchan visée par des investigations en France sur des soupçons de corruption

La filiale russe du groupe Auchan est visée depuis 2020 par une information judiciaire ouverte par le parquet national financier notamment pour corruption d'agent public étranger, a indiqué samedi une source judiciaire, confirmant une information de Challenges.

 La marque Auchan a maintenu ses activits en Russie.
©AFP

Cette information judiciaire a été ouverte le 10 mars 2020 pour corruption d'agent public étranger, corruption par un particulier, complicité et recel de ces infractions, a confirmé cette source sans plus de détails.

Selon Challenges, des perquisitions ont été réalisées en 2020 et l'Office anti-corruption (Oclciff), chargé des investigations, a entendu depuis le début de l'année des salariés et d'anciens cadres d'Auchan Russie. Ces informations ont été confirmées à l'AFP par une source proche du dossier.

Parmi les personnes entendues comme témoins figurent le secrétaire général du groupe, le directeur de la sécurité à l'international et l'ancien directeur sûreté de la filiale russe, rapporte l'hebdomadaire économique.

"L'enquête vise à éclaircir des faits au sein de la filiale russe d'Auchan mais elle n'est pas dirigée contre Auchan" qui "est victime dans cette affaire et se réserve la possibilité de se constituer partie civile", a indiqué le groupe à l'AFP.

Il s'agit d'une "affaire de fraude et de surfacturation des produits qu'Auchan Russie achète en Russie et donc une affaire exclusivement russe", a-t-on ajouté.

D'après Challenges, les investigations ont été lancées après un article du quotidien Les Echos sur un système de corruption dans la filiale russe du groupe détenu par la famille Mulliez.

"Des responsables d'achat organisent cette corruption via des appels d'offres pipés, des hausses artificielles de prix, des faveurs pour la promotion de produits et d'autres irrégularités au service qualité et au contrôle financier, notamment sur la +compliance+", relatait dans cet article Alexeï Jarkov, présenté comme un avocat ayant travaillé pour la filiale.

Il affirmait avoir identifié cinq réseaux de corruption qui auraient siphonné chaque année "entre 80 et 100 millions d'euros, soit 2 à 3% du chiffre d'affaires réalisé en Russie".

"Ses interventions médiatiques et les chiffres qu'il évoque ne sont appuyés, depuis le début, sur aucune preuve ni document véridique", a protesté le groupe, soulignant que M. Jarkov tentait "d'intéresser la presse à son histoire" depuis le non-renouvellement de son contrat en 2019.

"Auchan n'a pas attendu l'enquête de la justice française, ni les affirmations non-étayées d'un ancien collaborateur pour identifier ce problème et le gérer du mieux possible depuis des années dans un contexte difficile", a-t-on assuré.

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...