Avec la crise de Lampedusa, la migration prend à nouveau l’Europe par surprise, alors qu’il s’agit “d’un phénomène structurel”

Les autorités de Lampedusa ont déclaré l’état d’urgence, après l’arrivée par la mer d’environ 7 000 migrants en moins de 48 heures. La hausse des arrivées en Italie depuis la Tunisie s’explique notamment par la dérive autoritaire dans ce pays avec lequel l'UE a conclu un accord migratoire controversé.

De l’Italie à l’Allemagne, en passant par la France, la Grèce ou même la Lettonie, les signes d’une hausse de la pression migratoire en Europe s’enchaînent depuis quelques jours, alimentant la nervosité européenne face à un phénomène que les États membres s’efforcent de tarir coûte que coûte, faute de savoir, ou de vouloir, le gérer sereinement.

Pour accéder à cet article, veuillez vous connecter au réseau internet.
Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...