C'est la période des partiels en France, mais confinement oblige, l'organisation de ceux-ci se trouve chamboulée. Malgré le Covid, certaines universités parisiennes ont tout de même choisi de faire passer leurs examens en présentiel, ce qui ne plaît pas aux étudiants.

Certains d'entre eux refusent de passer sur les bancs de la fac et dénoncent les inégalités et les risques sanitaires liés à des examens en présentiel. Entre boycott, blocus et pétitions, la mobilisation dure depuis plusieurs jours.

La semaine dernière déjà, des étudiants en Eco-gestion de l'Université de Créteil ont lancé une pétition afin que les partiels de la semaine du 4 janvier, n'aient pas lieu en présentiel, comme avait prévu l'établissement, rapporte Le Parisien. Ils décriaient le manque d'information à propos d'un protocole sanitaire mis en place par l'Université. En début de semaine, des blocus ont eu lieu dans plusieurs campus de la Sorbonne. Les étudiants dénoncent les inégalités que peut engendrer le fait de passer leurs partiels en amphithéâtre, dont des coûts de déplacement pour certains.

Les étudiants manifestaient pacifiquement les jours passés, mais ce jeudi la tension est montée. Une vidéo publiée sur Twitter par un journaliste français montre des échauffourées entre des étudiants de la Sorbonne mobilisés et des forces de l'ordre, intervenants pour stopper le rassemblement.

Un étudiant a été interpellé et plusieurs ont été blessés, d'après Libération.