"Vous avez 18 ans ou plus : rendez-vous le 15 juin pour vous faire vacciner", a tweeté vendredi le président français Emmanuel Macron.



Les plus de 50 ans pourront le faire eux à compter du 15 mai, a-t-il ajouté.

Pour l'instant, la vaccination est ouverte à tous à partir de 55 ans, et des motifs médicaux précis sont nécessaires en-dessous de cet âge, hors professions prioritaires.

M. Macron a précisé ce calendrier dans une série de tweets, introduits par le message "Vacciner, vacciner, vacciner".

Un peu plus tôt, le ministre de la Santé, Olivier Véran, avait annoncé l'élargissement de la vaccination à "4 millions de Français fragiles" supplémentaires, qui "souffrent de maladies chroniques".

Cet élargissement correspond à l'extension à tous les adultes de la liste des pathologies qui ouvraient jusque-là la vaccination uniquement aux 50-54 ans. Cette liste précise comprend notamment les pathologies cardiovasculaires, l'"hypertension compliquée" (et non l'hypertension courante, très répandue), l'obésité ou les antécédents d'AVC.

Ces derniers jours, de nombreuses voix se sont élevées pour réclamer que la France ouvre largement les vannes de la vaccination.

C'est le cas depuis vendredi dans une grande partie des Outre-Mer (dont la Guadeloupe, la Martinique et la Guyane), où tous les adultes peuvent se faire vacciner.

Au niveau national, plus de 15 millions de personnes ont pour l'instant reçu une première injection (29% de la population majeure), dont 6,2 millions ont été complètement vaccinées (9,3% de la population totale, 11,9% de la population majeure).