Europe Sa désignation validée par le Parlement européen, Ursula von der Leyen peut composer sa Commission et son programme. Les obstacles ne manquent pas. Les trois mois qui viennent risquent d’être agités. Éclairage Olivier le Bussy Envoyé spécial à Strasbourg

La fierté, la joie, mais aussi le soulagement étaient perceptibles sur le visage d’Ursula von der Leyen, mardi soir à Strasbourg, quand le vote du Parlement européen a rendu son verdict. Élue à une très courte majorité, la conservatrice allemande ne passera pas par la case "état de grâce". Les deux semaines tendues qui ont suivi sa désignation par les leaders européens n’auront été qu’un avant-goût du programme qui l’attend jusqu’à l’entrée en vigueur de sa Commission, le 1er novembre, et de la législature agitée qui se profile.

Voici les éléments avec lesquels Ursula von der Leyen devra composer.

1. Une majorité instable, un Parlement imprévisible

(...)