Le président kosovare Hashim Thaçi a annoncé jeudi qu'il allait immédiatement rendre son poste afin de se défendre lors d'un procès pour crimes de guerre - pendant le conflit avec la Serbie (1998-99) - à venir et jugeant le président ainsi que certains membres de son entourage. L'annonce s'est faite peu après qu'un de ses alliés, le président du Parti démocratique, Kadri Veseli, a confirmé avoir été accusé lui aussi et assuré qu'il se rendrait à La Haye pour assister à son procès. Il s'est également démis de ses fonctions.

Selon un premier rapport datant de juin, MM. Thaçi et Veseli ainsi que d'autres auraient commis "près de 100 meurtres" et d'autres atrocités contre des "centaines de victimes du albanaises, serbes, roms et d'autres ethnies", dont des opposants politiques.