"Nous avons soumis à la chambre de l'instruction (de la Cour d'appel de Dijon, où est instruit le dossier) différentes demandes à caractère scientifique", a indiqué Me Thierry Moser, l'un des avocats des parents de Grégory, Christine et Jean-Marie Villemin.

Selon une source proche du dossier, il s'agit notamment d'"une recherche d'ADN de parentèle" ainsi que d'une autre portant sur la possibilité, à partir de matériel génétique, de dresser le "portrait robot" d'une personne, par exemple "la couleur des cheveux, des yeux".

La recherche en parentèle, qui compare un ADN avec d'autres susceptibles d'être issus de la même parenté, avait été employée avec succès en 2012 dans l'enquête sur la mort d'Élodie Kulik, violée et assassinée dix ans plus tôt.

Selon Me Moser, "nous aurons une décision d'ici trois, quatre semaines (...) Nous pensons que ces investigations scientifiques sont de nature à faire avancer très, très fortement" le dossier, alors que les précédentes investigations scientifiques, notamment génétiques, avaient été vaines.

"Nous sommes raisonnablement optimistes sur l'éventualité d'un procès criminel dans deux ou trois ans", a-t-il ajouté.