Après 8 ans de traque intensive, les autorités croient tenir le père de famille nantais, soupçonné d'avoir tué toute sa famille, à l'aéroport de Glasgow, en Ecosse. Il s'agit en fait d'une erreur. Retour sur les dates clés de cette énigme mystérieuse.

Xavier Dupont de Ligonnès dans le collimateur

1er avril 2011: Le père de famille, habitant à Nantes, achète dans des magasins de la région du ciment et plusieurs autres matériaux de construction.

3 et 4 Avril: Pour le parquet de Nantes, c'est à ce moment que l'épouse de Dupont de Ligonnès, Agnès, ainsi que les enfants du couple Benoît (13 ans), Anne (16 ans) et Arthur (21 ans) seraient décédés. Le 4 avril, Thomas (18 ans) rentre sur Nantes comme son père le lui a demandé. Celui-ci tue sans doute le jeune homme durant la nuit.

11 avril: Dupont de Ligonnès envoie plusieurs courriers pour justifier les absences de sa femme et des ses enfants, expliquant une mutation en Australie. Il invoque également sa double vie d'agent secret.

13 avril: La police nantaise est prévenue par les voisins de la disparition du couple.

21 avril 2011: Les corps de l'ensemble de la famille sont découverts sous la terrasse, ce qui explique les matériaux de construction. Entre-temps, le 15 avril, Dupont de Ligonnès est aperçu pour la dernière fois avec un sac sur le dos, les soupçons grandissent autour du père de famille.

22 avril: L'autopsie fait froid dans le dos. 2 balles dans la tête de chaque enfant ainsi que de son épouse.

La traque

10 mai: Un mandat d'arrêt international est émis contre Xavier Dupont de Ligonnès, suspecté de l'assassinat de toute sa famille.

Du 23 au 28 juin: Des recherches et des fouilles sont organisées dans la région de Toulon, dans le Var (Sud de la France), mais sans aucun résultat. En juillet, des perquisitions ont lieu dans toute la France, notamment dans la famille du suspect mais là encore, Xavier Dupont de Ligonnès est introuvable.

Les pistes sont brouillées

En juillet, un courier arrive dans les bureaux de l'AFP à Nantes signé de Ligonnès. Mais fin du mois, les experts ne permettent pas d'identifier Ligonnès. Pourtant, un message très troublant "Je suis toujours vivant" est inscrit sur le courier.

En janvier 2018, un monastère de Roquebrune-sur-Argens fait l'objet de toute les attentions des forces de l'ordre française car des fidèles auraient reconnu Xavier Dupont de Ligonnès, mais c'est un coup dans l'eau.

La fausse arrestation

Finalement, et 8 ans après les faits, le 11 octobre 2019, la police croit le repérer à l'aéroport de Roissy à Paris. Ils n'ont pas le temps d'intervenir avant qu'il ne rentre dans l'avion, mais préviennent Interpol et les autorités écossaises.

Il s'agira en fait d'une erreur puisque Xavier Dupont de Ligonnès n'a pas été arrêté.