C’est le dossier judiciaire qui suscite toujours autant d’énigmes depuis le 16 octobre 1984 lorsque Grégory Villemin avait été retrouvé noyé dans la Vologne. On apprend ce mardi soir par le biais du journal Le Parisien que dans l’affaire Grégory, il y a du neuf avec de nouvelles auditions, une expertise incriminante et au final, une enquête qui se voit relancée.

Le quotidien français révèle en effet que le nouveau magistrat en charge de ce dossier aurait procédé au début du mois de décembre à de nouvelles auditions et, surprise, après autant d’années, les résultats d’une expertise apportent leurs révélations avec pour conséquences qu’un suspect est incriminé.

Pour Le Parisien, la justice n’a donc toujours pas perdu espoir de confondre le ou les meurtriers du petit Grégory Villemin. Une lueur d’espoir pour les proches de l’affaire qui depuis maintenant 36 ans, attendent un dénouement de ce terrible drame qui a plongé bien plus qu’un pays dans l’horreur, après l’enlèvement de cet enfant qui avait quatre ans lors des faits, et dont la mise à mort barbare dans les eaux glacées de la Vologne (Vosges), a ému le monde entier.

La clé de cette avancée réside dans le travail effectué par le nouveau magistrat qui a la charge du dossier, soit le président de la chambre d’instruction de la cour d’appel de Dijon (Côte-d’Or) Dominique Brault qui a auditionné des protagonistes ayant évolué dans les Vosges au moment des faits en 1984, dans l’entourage familial ou de voisinage de l’enfant.

"Les investigations ont repris et avancent. Des actes d’enquête ont été menés", a confirmé le nouveau procureur général de Dijon, Thierry Pocquet du Haut-Jussé, au Parisien qui indique que ce dernier "aura quant à lui la délicate tâche de représenter l’accusation."