Il échappe ainsi à une mise en examen dans ce volet du dossier, pourtant souhaitée par le parquet. Le statut de témoin assisté est juridiquement placé entre celui de témoin et celui de mis en examen.

Il signifie qu'il existe des indices pouvant faire croire à sa culpabilité. Mais il s'agit d'une présomption moins forte qu'en cas de mise en examen, pour laquelle il doit exister "des indices graves ou concordants" pouvant rendre vraisemblable la culpabilité du mis en cause, précise le code de procédure pénale.

Nordahl Lelandais, 37 ans, reste mis en examen pour le meurtre de la petite Maëlys, tuée fin août 2017 à l'issue d'une fête de mariage au Pont-de-Beauvoisin (Isère), mais le parquet n'a pas réussir à faire prévaloir sa volonté de le renvoyer aussi devant la cour d'assises de l'Isère pour viol.

Un ancien voisin de cellule, qui avait affirmé que Nordahl Lelandais lui avait confié avoir volontairement tué et violé la fillette, était présent lors de cette audition.

L'ancien maître-chien est par ailleurs mis en examen pour agression sexuelle sur trois petites cousines.

Il devra par ailleurs affronter un procès pour le meurtre en avril 2017 du caporal Arthur Noyer, âgé alors de 23 ans. Celui-ci est programmé du 3 au 12 mai 2021 devant la cour d'assises de la Savoie.