Placé quelques heures en garde à vue ce week-end, l'homme, âgé de 57 ans, a reconnu les faits, expliquant qu'il voulait "s'amuser", selon la même source.

Vendredi matin, il avait téléphoné à la mairie de Jarnac, assurant que des bombes avaient été placées dans le cimetière, où le chef de l'Etat devait se recueillir sur la tombe de l'ancien président socialiste, disparu il y a 25 ans. La menace a été prise au sérieux et les démineurs présents dans la commune ont de nouveau inspecté le cimetière de fond en comble. Sans rien trouver.

De leur côté, les gendarmes ont entamé des investigations pour identifier et localiser le plaisantin, inconnu de la justice. Le jour des commémorations, il se trouvait dans le département, mais les enquêteurs n'étaient pas parvenus à le retrouver.

Il a finalement été interpellé samedi chez sa fille, en Charente, dans le sud-ouest.