"Une décision provisoire a été prise, pour suspendre les coupes" d'arbres dans la zone, a indiqué mardi à l'AFP le tribunal administratif de Francfort sur l'Oder (Est).

Deux associations avaient déposé lundi une plainte en référé contre l'abattage prévu de 82,8 hectares de forêt par Tesla pour agrandir le chantier de son usine de voitures électriques, dont l'ouverture est prévue l'année prochaine.

Elles estiment que cette opération porte atteinte à la législation environnementale allemande, en détruisant l'habitat d'espèces protégées de lézards et de serpents.

"Une décision sur le fond de l'affaire n'a pas encore été prise", précise toutefois le tribunal.

Tesla vise une production annuelle de 500.000 véhicules électriques dans cette "gigafactory", la première en Europe de l'entreprise d'Elon Musk.

Mais l'impact de cet immense complexe sur l'équilibre écologique et les ressources en eau de cette zone très forestière inquiète les organisations écologistes.

Autre grief des associations: le constructeur américain ne dispose toujours pas de permis de construire définitif, lequel est soumis à plusieurs procédures évaluant notamment l'impact environnemental du projet.

Le constructeur a été malgré tout autorisé par les autorités locales à commencer les travaux "à ses propres risques", en attendant le feu vert définitif.

"Tesla ne peut et ne doit pas se tenir au dessus des lois", affirme Heinz Herwig Mascher, représentant de l'association Grüne Liga dans le Brandebourg.

Le géant américain avait déjà été contraint en février de suspendre pendant plusieurs jours ses travaux de défrichage de 90 hectares d'arbres, suite à une plainte du même collectif d'écologistes. Tesla y est soumis à de nombreuses obligations en matière de protection de la faune, en particulier des fourmis et des oiseaux.