Divers groupes se rassembleront samedi soir dans les rues de la capitale italienne afin de protester contre les mesures prises dans le cadre de la lutte contre le coronavirus comme le port du masque et la distance sociale. Des règles qu'ils assimilent à une sorte de "dictature sanitaire".

Une manifestation qui est par ailleurs loin de réjouir le Premier ministre italien Giuseppe Conte. "Nous nous battons encore toujours contre la pandémie. Il y a aujourd'hui une manifestation organisée à Rome par des personnes qui pensent que la pandémie n'existe pas. Nous allons leur présenter les chiffres", précise le chef du gouvernement italien.

Un point de vue partagé par le ministre des Affaires étrangères Luigi Di Maio qui a demandé aux manifestants lors d'une allocution prononcée à Foggia dans le sud du pays "d'au moins témoigner du respect à l'égard des familles des victimes".

L'Italie a été le premier pays européen à être gravement affecté par la pandémie de coronavirus et à imposer le confinement. Le pays a enregistré depuis le début de l'épidémie quelque 275.000 contaminations et 35.500 décès. Vendredi, 1.733 nouvelles infections ont été enregistrées, soit le nombre le plus élevé depuis le début du mois de mai.