Le Premier ministre britannique Boris Johnson "récupère" après avoir été victime du coronavirus, a indiqué un ministre d'Etat, et transmet ses instructions au gouvernement au moment où celui-ci est critiqué pour sa réponse à la pandémie. Sorti il y a une semaine de l'hôpital, "le Premier ministre se rétablit bien. Il est de bonne humeur", a déclaré dimanche Michael Gove à la chaîne de télévision Sky News. Le dirigeant conservateur de 55 ans "a eu l'occasion de parler à Dominic Raab", le ministre des Affaires étrangères qui le remplace pendant sa convalescence. Ce dernier a transmis "les instructions du Premier ministre au reste du gouvernement" lors d'une conférence téléphonique samedi matin, a précisé M. Gove.

Le Royaume-Uni est l'un des pays en Europe les plus touchés par le Covid-19. Le nombre de personnes atteintes du nouveau coronavirus et mortes à l'hôpital a atteint 15.464, selon le dernier bilan communiqué par le gouvernement samedi. Mais ces bilans quotidiens du gouvernement sont critiqués car ils ne comprennent que les morts à l'hôpital de patients testés positifs, excluant les personnes ayant perdu la vie dans les maisons de retraite ou à domicile.

Des organismes représentant des maisons de retraite évoquent entre 4.000 et 7.500 décès dans ces établissements.

Le gouvernement britannique a décidé jeudi de prolonger d'au moins trois semaines le confinement instauré le 23 mars et n'envisage pas encore de sortie.

"Le nombre de décès reste très préoccupant", a expliqué Michael Gove. "Les taux d'infections et de mortalité s'aplanissent, mais nous ne sommes pas absolument certains d'être déjà sur une trajectoire descendante", condition que le gouvernement se fixe avant d'assouplir les mesures de confinement.

Depuis le début de la pandémie, le gouvernement est accusé d'avoir tardé à réagir, et le Sunday Times est revenu à la charge dimanche, accusant le gouvernement d'avoir ignoré les alertes des scientifiques et les appels à s'approvisionner en combinaisons médicales et Boris Johnson d'avoir manqué plusieurs réunions de crise consacrées au virus.