Le président américain Donald Trump est arrivé samedi en France pour un sommet du G7 sous haute tension, où il pourrait de nouveau jouer les trouble-fête après une série de tweets tonitruants sur le commerce international et la taxation française des géants du numérique.

L'Air Force One présidentiel a atterri à la mi-journée à l'aéroport de Bordeaux, dans le sud-ouest de la France, sous un soleil radieux. M. Trump devait ensuite rejoindre à bord d'un avion plus petit l'élégante station balnéaire de Biarritz, où se déroule le sommet jusqu'à lundi. Cette rencontre des dirigeants de sept pays industrialisés (Allemagne, Japon, Etats-Unis, France, Italie, Canada, Royaume-Uni), s'ouvre samedi soir avec au menu une série de crises qui secouent la planète: guerre commerciale, Iran ou feux en Amazonie. Avant de partir pour la France, M. Trump a paru aborder le sommet avec optimisme. "Je pense que ça sera très productif", a-t-il déclaré à la presse.

© BELGA

Mais il a brandi la menace de représailles à l'introduction d'une taxe française sur les géants américains du secteur des hautes technologies. "Je n'aime pas ce que la France a fait", a lancé Donald Trump. "Je ne veux pas que la France impose des taxes sur nos sociétés. C'est très injuste". "S'ils (les Français) le font, nous imposerons des droits de douane sur leurs vins", a-t-il annoncé. "Des droits de douane comme ils n'en ont jamais vu",

© BELGA

Le président américain a aussi une nouvelle fois soufflé sur les braises de la guerre commerciale qui oppose les Etats-Unis à la Chine avec une série de tweets à la tonalité particulièrement agressive. Pékin a annoncé vendredi de nouveaux droits de douane et Donald Trump a riposté en annonçant que la totalité des 550 milliards de dollars de produits chinois importés aux Etats-Unis seraient frappés de taxes encore plus lourdes d'ici à la fin de l'année.