Le suspect âgé de 21 ans est "un jeune Hongrois tout à fait ordinaire" qui "s'est présenté comme étant un islamiste", a déclaré lors d'une conférence de presse Janos Hajdu, chef de la police anti-terroriste hongroise (TEK).

L'homme, étudiant à l'université à Budapest, communiquait sur des sites internet contenant de "la propagande jihadiste explicite" liés au groupe Etat islamique et expliquant comment commettre des attaques, a indiqué M. Hajdu.

"Il s'était engagé à fabriquer une bombe artisanale et à l'utiliser contre un évènement de masse, à Budapest ou ailleurs en Hongrie (...) dans un proche avenir", a ajouté M. Hajdu.

Le suspect avait également évoqué la possibilité de foncer en voiture dans une foule, selon le responsable de la police anti-terroriste.

Un tribunal hongrois a ordonné mercredi le placement en détention du suspect, qui a été arrêté mardi à Kecskemet, à 90 km au sud de Budapest.

Selon le quotidien Magyar Nemzet, qui a des liens avec le gouvernement du Premier ministre Viktor Orban, le principal objectif du suspect était le stade Puskas Arena de Budapest, l'un des onze sites du championnat d'Europe de football 2020, qui initialement était prévu en juin et juillet 2020 et a été reporté d'un an en raison de la pandémie de Covid-19. Le championnat aura lieu du 11 juin au 11 juillet 2021, et conserve son nom UEFA Euro 2020.

Bettina Bagoly, porte-parole du parquet de Budapest qui a émis le mandat d'arrêt à l'encontre du suspect, s'est refusée à confirmer auprès de l'AFP que le stade était l'un de ses objectifs.

Le stade Puskas Arena, d'une capacité de quelque 68.000 places, accueillera quatre matches pour l'Euro 2020, dont des matches auxquels participeront le Hongrie, le Portugal et la France.