"Les déclarations préliminaires faites aujourd'hui par l'EMA sont encourageantes", sont convenus MM. Macron et Draghi après un entretien téléphonique, selon un communiqué du cabinet du chef du gouvernement italien.

"En cas de conclusion positive des analyses de l'EMA, les deux dirigeants sont prêts à faire repartir rapidement l'administration du vaccin AstraZeneca", d'après cette source.

Plusieurs pays européens, dont la France et l'Italie, ont suspendu la vaccination avec le produit mis au point par le laboratoire anglo-suédois en raison d'un possible risque d'effets secondaires graves, tels que des difficultés à coaguler et la formation de caillots (thrombose).

L'EMA, qui doit rendre un avis définitif jeudi, s'est dite mardi "fermement convaincue que les avantages du vaccin AstraZeneca dans la prévention du Covid-19, avec son risque associé d'hospitalisation et de mort, l'emportent sur le risque de ces effets secondaires".

Pour l'Italie, la décision de suspendre la vaccination avec l'AstraZeneca immobilise plus de 200.000 doses alors qu'elle est déjà très pénalisée par le ralentissement des livraisons des différents vaccins ces dernières semaines.