Monseigneur Jean Kockerols, l'évêque auxiliaire de Bruxelles, et Mohamed Belabed, conseiller de la Fédération des Mosquées de Bruxelles, se sont rencontrés samedi après-midi en la cathédrale des Saints-Michel-et-Gudule pour dénoncer, d'une même voix, l'assassinat de plusieurs personnes dans une église à Nice à jeudi. Les deux représentants religieux ont rappelé l'importance de se respecter les uns et les autres, quelles que soient les croyances. L'évêque Jean Kockerols et plusieurs représentants de la Fédération des Mosquées de Bruxelles, dont le président Abdelbassir Mimouni et le conseiller Mohamed Belabed, se sont rencontrés autour d'un café samedi après-midi en la Cathédrale des Saints-Michel-et-Gudule, avant de prononcer deux discours à l'unisson.

"On ne peut tuer quelqu'un au nom de Dieu! Nous croyons en un Dieu de la vie, un Dieu dont la personne humaine est la plus belle de ses créations. Quels que soient les motifs, on ne peut tuer au nom de Dieu. Nous avons été témoins d'actes horribles en France ces jours-ci. La société civile est horrifée. Les autorités de l'Etat réagissent. Mais il convient que les responsables religieux réagissent aussi, avec fermeté, avec clarté, ensemble", a déclaré l'évêque, saluant l'initiative de la Fédération des Mosquées de Bruxelles de le rencontrer ce samedi.

"Nous tenions, dans ces moments difficiles, en tant que représentants de la Fédération des Mosquées de Bruxelles et en tant que Belges de confession musulmane, à exprimer notre solidarité avec la communauté catholique et avec tous les chrétiens, à la suite de l'attaque perpétrée dans la basilique Notre-Dame à Nice et à l'assassinat de trois fidèles", a ensuite déclaré Mohamed Belabed.