Ali Riza Polat avait annoncé par la voix de son avocate, dès l'énoncé du verdict de la cour d'assises spéciale de Paris le 16 décembre, qu'il allait faire appel de sa condamnation à trente ans de réclusion criminelle pour "complicité" des crimes terroristes commis par les frères Saïd et Chérif Kouachi et Amédy Coulibaly.

Amar Ramdani, condamné lui à vingt ans de prison pour association de malfaiteurs terroriste criminelle, a également fait appel, a indiqué cette source judiciaire.

Le parquet a formé un "appel incident" à ceux des deux condamnés pour donner à la cour d'assises amenée à les rejuger la possibilité d'aggraver les peines prononcées en première instance, a-t-on précisé de même source.

Le parquet national antiterroriste avait requis la réclusion criminelle à perpétuité à l'encontre d'Ali Riza Polat, le seul des onze accusés à avoir comparu devant la cour d'assises spéciale pour "complicité". Une peine de dix-sept ans de réclusion avait été réclamée contre Amar Ramdani.

Les neuf autres condamnés n'ont pas fait appel et leurs condamnations à des peines allant de quatre ans d'emprisonnement à dix-huit ans de réclusion criminelle - très généralement inférieures à celles requises par l'accusation - sont donc définitives.

Au total, quatorze personnes avaient été jugées du 2 septembre au 16 décembre, dont trois par défaut. Le procès en appel d'Ali Riza Polat et d'Amar Ramdani ne devrait pas se tenir avant de longs mois.