Le ministre a confirmé que son domicile avait été perquisitionné mais dément que son parti, le Parti populaire autrichien, ait reçu des dons de Novomatic, une entreprise qui exporte des technologies de jeu et exploite des casinos. Le parquet autrichien a expliqué qu'il soupçonnait une entreprise d'avoir offert de l'argent à un parti politique afin de l'aider dans une affaire fiscale à l'étranger.

"Je ferai tout pour éclaircir cette affaire rapidement et pour réfuter les fausses allégations", a réagi Gernot Bluemel dans un communiqué.

Harald Neumann, qui a démissionné de son poste de CEO de Novomatic l'année dernière, a déclaré par l'intermédiaire de son avocat qu'il n'avait jamais promis ou offert d'argent à la formation politique.

Les partis de l'opposition ont demandé la démission du ministre.