Le gouvernement bélarusse a expliqué que la menace visant l'avion avait été envoyée par email à l'aéroport de Minsk, dans un message se proclamant du Hamas palestinien.

"La décision a été prise par le commandant de l'équipage sans ingérence extérieure" d'atterrir dans la capitale bélarusse, a indiqué Igor Goloub, commandant de l'armée de l'air de l'ex-république soviétique.

Selon lui, le pilote aurait pu "partir vers l'Ukraine, en fonction de la météo et de sa réserve de carburant, ou vers la Pologne".

Dimanche, un chasseur MiG-29 a décollé sur ordre personnel du président bélarusse Alexandre Loukachenko pour intercepter le vol FR4978 de Ryanair effectuant la liaison Athènes-Vilnius, capitales de deux pays de l'UE, et qui se trouvait à ce moment-là dans l'espace aérien bélarusse.

Selon les autorités bélarusses, une alerte à la bombe, qui s'est révélée être mensongère, est à l'origine de l'interception de l'appareil.

Après l'atterrissage à Minsk et le contrôle de l'appareil, l'avion est reparti pour la Lituanie.

Entretemps, la police bélarusse a arrêté l'opposant Roman Protassevitch et sa petite amie, Sofia Sapéga, qui se trouvaient à bord. De nombreux responsables en Occident estiment que l'ensemble de l'incident a été orchestré.

Le directeur du transport aérien au ministère bélarusse des Transports, Artem Sikorski, a affirmé lui que l'aéroport avait reçu une menace crédible visant le vol dans un courriel en anglais, dont il a lu la traduction en russe.

"Nous, soldats du Hamas, réclamons qu'Israël cesse le feu sur le secteur de Gaza. Nous réclamons que l'Union européenne cesse son soutien à Israël (...) si nos revendications ne sont pas satisfaites une bombe explosera (à bord de l'avion de Ryanair) au-dessus de Vilnius", a-t-il dit.

Angela Merkel: les raisons invoquées par le Bélarus ne sont "pas crédibles"

La chancelière allemande Angela Merkel a jugé lundi "pas crédibles" les justifications données par les autorités bélarusses.

"Nous avons assisté à un atterrissage forcé qui a conduit à l'arrestation d'un opposant bélarusse, Roman Protassevitch. (Il) doit être libéré immédiatement. Toutes les autres explications pour cet atterrissage (de l'appareil) de Ryanair ne sont absolument pas crédibles", a déclaré Mme Merkel, à son arrivée au sommet européen à Bruxelles.

L'organisation de l'aviation civile internationale (OACI) va en outre organiser une réunion d'urgence de son organe directeur jeudi, a annoncé lundi l'agence onusienne. "Le président du Conseil de l'OACI a convoqué une réunion d'urgence des 36 représentants diplomatiques du Conseil le 27 mai suite à l'incident impliquant le vol Ryanair FR4978 dans l'espace aérien du Bélarus", a tweeté l'agence basée à Montréal sans autres précisions.