Selon des correspondants de l'AFP, les forces de l'ordre ont dispersé plusieurs milliers de personnes qui s'étaient rassemblées sur l'avenue des Vainqueurs, dans le centre de la capitale bélarusse, et procédé à des dizaines d'interpellations.

Des policiers antiémeutes encagoulés ont arrêté des manifestants et les ont conduits dans des fourgons pénitentiaires. La foule s'était notamment massée devant une stèle à la mémoire des morts de la Deuxième guerre mondiale.

De nombreux protestataires portaient de fausses couronnes en carton sur la tête, dans une allusion à la prestation de serment du président Loukachenko.

"Nous ne t'avons pas choisi !", "Tu n'a pas pris tes fonctions, tu es juste devenu complètement sénile !", pouvait-on lire sur des affiches portées par des protestataires.

Le président bélarusse Alexandre a prêté serment mercredi dans le secret pour un sixième mandat, avant de proclamer que la "révolution" voulue par ses détracteurs avait échoué.

Pour les opposants et des médias indépendants, cette cérémonie, qui devait avoir lieu légalement avant le 9 octobre, a été organisée en catimini afin de ne pas servir de catalyseur à une nouvelle grande manifestation.

Des Etats européens ont dénoncé l'obstination de M. Loukachenko, Berlin déclarant "ne pas le reconnaître", faute de "légitimité démocratique".