Le Premier ministre britannique Boris Johnson, à peine sorti de convalescence après avoir souffert de la maladie Covid-19, et sa compagne Carrie Symonds ont annoncé mercredi la naissance de leur fils, "un petit garçon en bonne santé". L'enfant est né "dans un hôpital de Londres tôt ce matin" et se porte "très bien" ainsi que sa mère, a déclaré leur porte-parole, créant la surprise, la naissance n'étant prévue si tôt.

Boris Johnson, 55 ans, a été contaminé par le nouveau coronavirus, ce qui lui a valu une semaine d'hospitalisation dont trois nuits en soins intensifs. Sa fiancée, 32 ans, en a subi les symptômes.

"Le Premier ministre et miss Symonds souhaitent remercier la fantastique équipe de la maternité", a déclaré leur porte-parole.

Boris Johnson a déjà quatre enfants avec une amie d'enfance épousée en secondes noces. Il a reconnu un autre enfant né d'une union extra maritale et la presse lui prête un autre enfant illégitime.

Il a repris lundi les commandes du gouvernement après une période de convalescence. Il sera absent de la traditionnelle séance de questions au chef du gouvernement à la Chambre des Communes, qui se tient chaque mercredi à 12H00 (13H HB).

Il sera remplacé par un membre de son gouvernement qui affrontera les questions de l'opposition sur le manque d'équipements de protection pour les soignants et personnels de maisons de retraite, l'objectif du gouvernement d'atteindre 100.000 dépistages du coronavirus par jour et la levée du confinement, instauré le 23 mars, et prolongé au moins jusqu'au 7 mai.

Le Royaume-Uni est un des pays d'Europe les plus touchés par la pandémie, avec plus de 21.000 morts dans les hôpitaux britanniques et des milliers d'autres dans les maisons de retraites, qui doivent être inclus à partir de mercredi dans les bilans quotidiens.

Une décrue s'est amorcée mais les autorités appellent à continuer de respecter le confinement, en place jusqu'au 7 mai au moins.

Le nombre de contaminations officiellement comptabilisées atteint 161.145 cas, a précisé le ministre de la Santé, Matt Hancock, lors d'une conférence de presse mardi.