Le Premier ministre britannique Boris Johnnson a estimé lundi à Luxembourg qu'il existe "une bonne chance d'accord" sur le Brexit mais qu'il fallait que l'Union européenne "bouge", dans un entretien à la chaine de télévision Sky.

A l'issue d'un entretien avec son homologue luxembourgeois Xavier Bettel, M. Johnson a averti que tout accord sur la sortie du Royaume-Uni "demandera du mouvement" de la part de l'UE.

"Agissez"

Le Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel a exhorté Boris Johnson à "agir" plutôt qu'à "parler" pour trouver une solution sur le Brexit, à l'issue d'une rencontre lundi avec son homologue britannique.

"L'heure tourne, arrêtez de parler, agissez", a-t-il dit. Ni la Commission, ni les 27 "n'accepteront à aucun moment d'être responsables (...) pour le bazar dans lequel nous sommes", a ajouté M. Bettel lors d'une conférence de presse à Luxembourg à laquelle M. Johnson ne s'est pas présenté.

Le Premier ministre britannique, qui a eu plus tôt un déjeuner de travail avec le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, était arrivé sous les huées de dizaines de personnes à sa rencontre avec M. Bettel.

Du surplace

Le Premier ministre luxembourgeois a confirmé qu'il n'y avait "pas de proposition concrète sur la table" de la part de Londres, comme l'avait déploré plus tôt la Commission européenne.

"Ne faites pas de l'Union européenne le méchant de l'histoire", a lancé M. Bettel, haussant le ton à l'égard de son homologue britannique.

"On ne peut pas prendre l'avenir en otage pour des motifs policitiens", a-t-il dit.

Il a aussi indiqué qu'un éventuel report du Brexit prévu le 31 octobre - option à laquelle est opposé M. Johnson - n'était possible "que s'il y avait une raison" pour le justifier.

S'exprimant sur la télévision britannique à l'issue de la rencontre, M. Johnson a quant à lui estimé qu'il y avait une "bonne chance d'accord" mais que l'UE devait "bouger".