La France réaffirme qu'un "délai supplémentaire (du Brexit) n'est dans l'intérêt de personne", a déclaré lundi la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye alors que Berlin s'est dit ouvert à un "court report technique" de la date de sortie du Royaume-Uni de l'UE.

"C'est désormais au Parlement britannique de dire ce qu'il en pense, ça n'est plus à l'Union européenne". "Il faut donc un vote qui soit sur le fond et non pas des manoeuvres dilatoires pour gagner du temps", a déclaré Mme Ndiaye, au moment où le gouvernement britannique doit tenter de nouveau lundi de décrocher le feu vert parlementaire à son accord de Brexit.

Selon elle, les Britanniques doivent "apporter une réponse claire qui tient en une alternative extrêmement simple: Est-ce qu'ils sont pour cet accord, contre cet accord. Et à partir de là, une fois qu'on aura une réponse claire à une question qui, je le reconnais, n'est pas tout à fait simple mais qui, néanmoins, a fait l'objet de plus de deux ans de négociations, nous pourrons déterminer ensuite quelle sera notre attitude", a-t-elle encore expliqué.

Elle a rappelé qu'il y "avait un certain nombre de points qui étaient bloquants qui ont été remis à la discussion", estimant qu'il s'agissait d'"un effort considérable de la part de l'Union européenne".

Pour sa part, l'Allemagne a jugé envisageable un "court report technique" de la date du Brexit pour que Londres décroche le feu vert du Parlement britannique à l'accord de sortie de l'Union européenne.

Le gouvernement britannique tente lundi, après un premier échec, d'obtenir un vote du Parlement sur cet accord conclu avec Bruxelles pour faire en sorte que le pays quitte l'UE fin octobre, malgré la détermination de l'opposition à faire échouer ses plans.