Le Parlement européen sera la dernière instance à voter sur l'accord de Brexit et veut attendre que la Chambre des Communes se prononce sur le texte de retrait, ont indiqué lundi ses responsables.

Les chefs de groupes politiques ont "confirmé" que le Parlement ne se prononcera qu'"après la ratification par le Royaume-Uni", a annoncé le porte-parole de l'institution Jaume Duch sur Twitter.

Il paraît peu probable que les eurodéputés se prononcent cette semaine, lors de la session à Strasbourg, sur l'accord conclu la semaine passée par Londres et Bruxelles. Jeudi, les présidents de groupe se réuniront de nouveau pour décider de la marche à suivre, a précisé M. Duch.

La commission parlementaire Affaires constitutionnelles, chargée de l'examen préliminaire de l'accord, "commence son travail ce soir", a-t-il encore expliqué.

Une session extraordinaire peut être organisée la semaine prochaine à Bruxelles pour l'approuver si la Chambre des communes du Royaume Uni le vote, afin de permettre la sortie du Royaume-Uni de l'UE le 31 octobre, avait déclaré M. Duch un peu plus tôt lors d'une conférence de presse à Strasbourg.

"Le Parlement européen sera le dernier à ratifier", avait-il alors dit, reprenant la ligne adoptée par les eurodéputés.

"La conclusion de ce soir, c'est que quand ils auront ratifié, on ratifiera. En attendant, on attend", a expliqué à la sortie le co-président des Verts, le Belge Philippe Lamberts.

"Je n'accepterai pas de travailler sous la pression de Boris Johnson ou de qui que ce soit", s'est agacé M. Lamberts, ajoutant: "ne comptez pas sur nous pour juste pousser sur le bouton quand la chambre des Communes aura appuyé sur son bouton".

Interrogé sur la possibilité que cette ratification intervienne après la date butoir du 31 octobre, M. Lamberts a estimé que cela était "bien sûr possible". "Si la chambre des Communes prend son temps, pourquoi ne devrions-nous pas prendre le nôtre?", s'est-il interrogé.

"Nous avons convenu de recommander à la Conférence des présidents d'attendre la ratification complète du côté britannique avant que le Parlement européen ne se prononce sur l'accord", avait déclaré pour sa part das un tweet l'eurodéputé libéral belge Guy Verhofstadt, président du "comité de pilotage du Brexit" au parlement européen.

"Ne faites pas de reproches au Parlement (européen), faites-en à Westminster!", a-t-il lancé à la sortie de la conférence des présidents.

La Chambre des Communes résiste aux efforts du Premier ministre Boris Johnson pour faire ratifier l'accord rapidement.