L'emprunt du Royaume-Uni pour un mois d'octobre a atteint un sommet sur les cinq dernières années, les analystes dénonçant une "nette détérioration" des finances publiques britanniques en plein préparatifs du Brexit et alors que les promesses de campagne pour les législatives pleuvent. Le Bureau national des statistiques a indiqué jeudi que "l'emprunt du secteur public (hors banques nationalisées comme RBS) a atteint 11,2 milliards de livres en octobre (13 milliards d'euros), soit 2,3 milliards de plus qu'un an plus tôt, et le plus gros emprunt pour un mois d'octobre en cinq ans".

"Les finances publiques britanniques ont subi une nette détérioration en octobre et semblent se diriger vers une envolée pour l'exercice fiscal 2019/20, ce qui ne devrait pas empêcher le prochain gouvernement d'ouvrir grand les cordons du budget", remarque le cabinet EY.

"Le pire mois d'octobre pour les finances publiques en cinq ans ne va pas empêcher ceux qui remportent les élections de s'embarquer dans une série de dépenses à tout va", renchérit la maison de recherche Capital Economics, dans une note.

"Les emprunts semblent avoir augmenté plus que prévu en raison des préparatifs du Brexit, et le déficit budgétaire semble parti pour se creuser cette année pour la première fois en une décennie", ajoute-t-elle.

Le ralentissement économique mondial et le processus de Brexit qui dure depuis trois ans et demi devraient mettre la croissance britannique sous pression. L'OCDE vient ainsi de publier jeudi ses nouvelles prévisions mondiales, et prévoit une hausse du PIB de 1,0% en 2020 contre 1,2% en 2019 pour le Royaume-Uni.