La recommandation, qui vise à permettre à des milliers de citoyens de l'UE et du Royaume-Uni de rentrer chez eux, sera examinée mardi soir par les ambassadeurs des pays membres de l'UE.

"Les citoyens de l'Union et les citoyens britanniques se rendant dans leur État membre ou pays de résidence, ainsi que les ressortissants de pays tiers qui jouissent de droits de libre circulation dans l'UE devraient être exemptés de toute restriction temporaire supplémentaire à condition qu'ils subissent un test ou une quarantaine", précise la recommandation.

"Le personnel de transport, au sein de l'UE, devrait être exempté de toute interdiction de voyager à travers toute frontière et des exigences de test et de quarantaine lorsqu'il traverse une frontière pour se rendre à un navire, un véhicule ou un avion et en revenir", ajoute la recommandation.

La plupart des Etats membres de l'UE ont suspendu depuis lundi les liaisons et les déplacements par air, mer, chemin de fer et route avec le Royaume-Uni après l'apparition dans ce pays d'une variante du virus. Les mesures ont été prises "par précaution" pour une durée de 24 à 48 heures, mais l'Allemagne et le Luxembourg ont décidé de prolonger la fermeture de leurs frontières jusqu'au 6 janvier.

Les mesures ont été prises "par précaution" pour une durée de 24 à 48 heures, mais l'Allemagne a décidé de prolonger la fermeture de ses frontières jusqu'au 6 janvier, le Luxembourg jusqu'au 3 janvier, et l'Italie jusqu'au 6 janvier pour le transport aérien en provenance du Royaume-Uni.

La recommandation a été demandée lundi à la Commission pour permettre le retour des chauffeurs routiers bloqués au Royaume-Uni par la fermeture du tunnel sous la Manche. Mais l'accord de Etats membres n'est pas acquis, a averti un diplomate européen.

Des tests routiers sont envisagés côté Royaume-Uni 

Le gouvernement britannique a indiqué envisager des tests pour les routiers dans les discussions avec les autorités françaises pour permettre une reprise du trafic de marchandises. Un dépistage dans les ports "fait absolument partie de la discussion", "nous envisageons tout", a déclaré mardi matin la ministre britannique de l'Intérieur, Priti Patel, sur la chaîne Sky News.

Après la décision prise dimanche soir par la France de suspendre pour 48 heures toutes les arrivées en provenance du Royaume-Uni - particulièrement touché par une souche plus contagieuse du coronavirus, qui a entraîné un troisième confinement pour Londres et certaines parties du sud-est de l'Angleterre - les discussions entre Paris et Londres doivent se poursuivre mardi pour permettre une reprise du trafic.

"Nous sommes en discussion avec nos homologues français", "nous trouverons une solution", a assuré la ministre de l'Intérieur.

Selon elle, quelque 650 camions sont actuellement bloqués sur l'autoroute menant de Londres au port de Douvres, le principal port transmanche fermé au trafic sortant depuis dimanche soir. Plus de 800 poids lourds de plus sont stationnés sur un ancien aéroport voisin.